Les bombardements obligent les Syriens à de nombreux déplacements forcés

  • EWIPA
  • Syrie

Handicap International publie le 5 octobre à Genève son rapport, Everywhere the bombing followed us. Ce rapport montre que l’utilisation massive d’armes explosives en zones peuplées en Syrie force les civils à fuir à de multiples reprises et que les répercussions sociales et économiques des bombardements sont dévastatrices et durables. Handicap International exhorte les parties prenantes au conflit à cesser d’utiliser des armes explosives en zones peuplées. L’association appelle la communauté internationale à condamner avec fermeté cette pratique et à s’engager pour y mettre fin.

Partagez cette actualité

Amira
Amira
Amira

Reposant sur le témoignage de 205 Syriens réfugiés au Liban, le rapport Everywhere the bombing followed us met en évidence les déplacements forcés multiples provoqués par les bombardements. Près de la moitié des personnes interviewées ont fui dans un premier temps à l’intérieur de la Syrie - elles se sont déplacées en moyenne trois fois à l’intérieur de leur ville de résidence (certains jusqu’à dix fois). Plus de la moitié (133 d’entre elles) ont été forcées de se déplacer 1 à 3 fois dans différentes villes du pays, avant de trouver un refuge sûr au Liban.

Bombardements et pilonnages sont la première cause de leur départ forcé dans et de leur ville de résidence (36% des réponses), après les violences armées (25%) et la montée de la criminalité à l’intérieur du pays (23%). Etre personnellement blessé ou avoir un proche tué par un bombardement, la destruction des résidences, celle des infrastructures publiques, notamment la détérioration des services de santé, l’effondrement des moyens de subsistance, principalement dans les zones péri-urbaine, sont à l’origine du départ forcé en masse de la population syrienne.

"C’est la peur d’être tué ou blessé par les bombardements qui pousse en premier lieu les Syriens à fuir alors que les bombardements indiscriminés sont devenus la règle dans le conflit en Syrie, affirme Petra Schroeter, directrice de Handicap International Suisse. La fuite des Syriens n’est jamais linéaire, mais multiple, suivant des détours compliqués. Ces déplacements forcés peuvent s’effectuer sur une longue période, allant jusqu’à plusieurs mois, ce qui ajoute à l’immense détresse des individus".

> Paupérisation et traumatisme des populations

Le rapport met également en avant la paupérisation des populations, qui ont souvent tout perdu: 44% des personnes affirment avoir perdu leurs moyens de subsistance (bétails, commerces, etc.) à cause des bombardements. Les personnes déplacées ont perdu une partie de leurs biens et de leurs moyens de subsistance à plusieurs reprises, à chaque fois qu’elles étaient victimes ou exposées à de nouvelles violences et forcées de se déplacer à nouveau. 90% des Syriens réfugiés au Liban interviewés ont eu leurs maisons ou leurs moyens de subsistance détruits par l’utilisation des armes explosives.

Perte du domicile, des sources de revenus, appauvrissement brutal, perte des repères liée aux déplacements forcés, déscolarisation des enfants, dépendance nouvelle en l’aide caritative, etc., en mettant en lumière les conséquences dramatiques des bombardements massifs pour les Syriens, le rapport souligne le fort sentiment de perte de dignité exprimé par les personnes interviewées.

Après les risques physiques (50% des réponses) et la destruction du domicile et des infrastructures publiques (36%), les conséquences psychologiques comme la peur, le stress, la détresse sont mentionnées par les personnes interviewées comme le troisième impact collectif lié à l'utilisation des armes explosives en Syrie (35%). Les destructions provoquées par les bombardements ont un impact spécifique sur les femmes, se traduisant par une plus grande vulnérabilité face au chaos social engendré par ces bombardements, l’effondrement de leurs moyens de défense, de leur intégrité physique, et une plus grande vulnérabilité aux actes criminels.

Ce rapport fait suite au rapport Qasef: Escaping the bombs, publié en octobre 2016, qui montre que l’utilisation massive des armes explosives en zones peuplées est une des causes premières du déplacement massif des Syriens.

> Une campagne pour dire "STOP BOMBING CIVILIANS!"

Handicap International a lancé début septembre une campagne de mobilisation citoyenne Stop bombing civilians pour récolter un million de signatures et alerter les Etats sur les effets dévastateurs pour les civils de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. L’organisation appelle les Etats à rejoindre une déclaration politique visant à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et à reconnaître les souffrances des civils. A cet effet, l’association a cofondé la coalition INEW (International network on explosive weapons) qui rassemble plusieurs organisations internationales et nationales.

> Méthodologie 

Le rapport Everywhere the bombing followed us repose sur une enquête effectuée par téléphone auprès de 205 Syriens réfugiés au Liban entre le 20 et 26 juillet 2017 et des entretiens approfondis menés avec 14 femmes syriennes réfugiées entre le 4 et 10 août 2017. L’âge des personnes interviewées va de 19 à 87 ans. 135 répondants sont des hommes, 72 des femmes.


Handicap International et la crise syrienne

Plus 600'000 personnes ont bénéficié d’actions entreprises par Handicap International depuis le lancement des opérations de l’association en 2012. L’organisation propose des services de rééducation physique, un accompagnement psychologique et des distributions d’urgence pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes blessées, handicapées et particulièrement vulnérables. Handicap International diffuse également des messages de sensibilisation et de sécurité auprès des populations locales afin de prévenir les accidents causés par des restes explosifs de guerre.

Publié le 04.10.2017 - 11:37.

Nos Actions pays par pays

Contactez-nous

Relations presse
Nadia Ben Said
Chargée des relations médias
(FR/ALL/EN)
Tél. : +41 22 710 93 36
nbensaid@handicap-international.ch

AIDEZ-LESconcrètement