Au Cambodge: Channa, Chan Chi, Kanhara et Chetra

Au Cambodge, Handicap International vise à réduire le développement des différents types de handicap, à améliorer l'accès des personnes handicapées aux services de santé et de réadaptation de qualité, et à favoriser leur autonomie sociale et économique. Nos équipes se mobilisent également pour mener un programme complet autour du handicap, de la prévention à une meilleure prise en compte du handicap dans la société.

Partagez cette page

"Regards d'enfants - Un dessin contre les bombes"
"Regards d'enfants - Un dessin contre les bombes"

Channa

Channa

Channa est une petite fille cambodgienne. Elle est née sans membre inférieur gauche. A l’âge où les autres enfants apprennent à marcher, Channa, elle, doit se déplacer en rampant puis plus tard, alors que ses amis peuvent courir, elle sautille sur son unique jambe.

Grâce à votre soutien à Handicap International, les enfants comme Channa peuvent être pris en charge avec un appareillage orthopédique adapté. Nous les accompagnons aussi dans la durée pour retrouver une vie sociale: reprendre le chemin de l’école et retrouver l’espoir d’un apprentissage et d’un travail.

Ainsi, Channa a reçu une prothèse pour la première fois en mars 2012. Au début, cela lui faisait mal et elle pensait qu’elle n’arriverait pas à marcher avec, mais 3 mois plus tard, elle pouvait marcher toute seule!

Avec cette "nouvelle jambe", Channa va à l’école, marche et joue comme les autres enfants. Handicap International finance aussi ses frais de déplacement et de logement lorsqu’elle se rend au centre de réhabilitation de Kampong Cham pour des visites de contrôle ou pour changer de prothèse.

© Paul James Hay / Handicap International

 
 

Chan Chi

Chan Chi

Frappé par la poliomyélite avant son premier anniversaire, Chan Chi perd l’usage de ses jambes. Ses parents très pauvres ne peuvent pas payer une prise en charge spécialisée et ne savent pas comment l’aider.

Chan Chi se déplace alors difficilement avec les mains. Il reste cloîtré à la maison, seul, pendant que son frère et sa sœur vont en classe. Neuf ans durant, il rêvera d’aller à l’école.

Une enseignante itinérante du projet d’éducation inclusive de Handicap International le découvre dans son village proche de Battambang. Elle lui fournit une chaise roulante pour qu’il se déplace et l’inscrit à l’école rendue accessible par l'association. 

Aujourd’hui, Chan Chi est scolarisé et est devenu un excellent élève! Ce qu’il préfère à l’école? Ce sont les cours de langue et surtout… s’amuser avec ses amis!

© Anthony Jacopucci / Handicap International

 

Kanhara

Kanhara

Kanhara assiste au banquet de noces de sa tante, qui se déroule au bord de la route. La petite fille joue avec des ballons gonflables sur le bas-côté quand un camion fait un écart et la fauche. Sa vie est sauvée de justesse après six mois de soins intensifs, plusieurs opérations et greffes de peau.

En grandissant, Kanhara décide d’aller à l’école située –une chance- à 30 mètres de sa maison. Chaque jour, elle claudique sur son unique jambe pour s’y rendre, parfois sous les quolibets des autres enfants. La vie de Kanhara aurait pu continuer ainsi si Davann, une de nos collaboratrices, n’avait pas entendu parler d’elle par l’un de ses patients. Cinq ans après son accident, Kanhara a reçu sa première prothèse dans notre centre de Kampong Cham. Elle a appris à marcher en quelques heures seulement. Son courage, sa joie et sa volonté sont de grandes motivations pour notre équipe.

Son témoignage

© Phkay Proek / Handicap Internationalrnational

 

Chetra

Chetra

Chetra a 7 ans et vit avec sa famille dans la maison de ses grands-parents maternels, dans un petit village de la province de Kompong Cham. Lorsqu’il avait 3 ans, alors qu’il jouait tranquillement près d’un bois à côté de chez lui, le long de la route, une moto l’a fauché et lui a arraché le pied. Chetra a été directement emmené à l’hôpital pédiatrique de Phnom Penh mais sa jambe n’a pas pu être sauvée. Il a dû être amputé.

Heureusement, Chetra a pu être appareillé dans notre centre de réadaptation de Kompong Cham et recevoir une première prothèse. Il était tellement content de pouvoir retourner à l’école, de jouer comme avant avec ses amis!

Son témoignage

© Phkay Proek / Handicap Internationalrnational

 

 

Plus d'informations sur nos actions au Cambodge

AIDEZ-LESconcrètement