Goto main content
 
 

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Réadaptation Urgence
Soudan du Sud

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de HI au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Tichaona Mashodo, responsable de l'équipe mobile HI au Soudan du Sud

Tichaona Mashodo, responsable de l'équipe mobile HI au Soudan du Sud | © Gilles Lordet / HI

"Je travaille pour Handicap International (HI) depuis deux mois maintenant, au Soudan du Sud. Je dirige l'équipe mobile, qui intervient dans les situations d'urgence à la demande des ONG pour fournir des soins en réadaptation et un soutien psychosocial. 

La situation est très instable au Soudan du Sud à cause des violences depuis 2013. On note toutefois un retour au calme depuis quelques mois. Nous sommes confrontés à d’importantes conditions de sécurité, à des difficultés d'accès aux zones reculées, certaines pouvant être isolées du reste du pays lors de la saison des pluies notamment. Les besoins humanitaires sont immenses.

De l’agronomie à l’humanitaire

Je travaille dans le secteur humanitaire depuis dix ans. Avant, j'étais agronome. J'ai travaillé pendant une dizaine d'années au ministère de l'Agriculture du Zimbabwe, mon pays natal. 

Mon engagement humanitaire est une histoire de compassion. J'ai voulu mettre mes compétences au service des autres, en aidant à sauver des vies à une époque où les crises humanitaires semblent se multiplier dans le monde entier. 

Pour l’inclusion des personnes handicapées 

J'ai d'abord rejoint CAFOD (Catholic Agency for Overseas Development) au Zimbabwe et au Soudan du Sud, puis World Vision au Soudan du Sud. J'ai commencé à occuper des postes liés à mes compétences techniques : la sécurité alimentaire, puis je suis passé à la gestion des programmes d'urgence et d'inclusion des personnes handicapées.

Je suis très sensible aux questions d'inclusion. J'ai rejoint HI car j'étais depuis longtemps attiré par cette organisation qui a un mandat unique : aider les plus vulnérables, notamment les personnes handicapées, dans les crises et particulièrement dans les situations de conflit. Car malheureusement, les personnes handicapées peuvent être laissées de côté dans les situations d'urgence. HI aide à combattre cette injustice."

Published on: 14 août 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.