Goto main content
 
 

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"

Réadaptation Urgence
Syrie

En Syrie, suite aux puissants séismes qui ont touché le pays, nous accompagnons toujours les rescapés en réadaptation et sur le plan psychologique.

Noor, 3 ans, a été grièvement blessée pendant le séisme du 6 février 2023. Après sept mois d’hospitalisation, elle continue à être suivie régulièrement par les équipes de l’hôpital Aqrabat, partenaire de HI dans le Nord-Ouest de la Syrie. En photo ici avec sa kinésithérapeute.

Nour, 3 ans, avec sa physiothérapeute. | © HI 2023

Une longue convalescence

Les équipes de notre hôpital partenaire Aqrabat ont été pleinement mobilisées dès les premières heures qui ont suivi la catastrophe et sont toujours aussi déterminées à accompagner leurs patients, dans leur longue convalescence.

La majorité des survivants blessés souffrent de blessures orthopédiques qui nécessitent une rééducation prolongée pour retrouver leur mobilité, leur force et leur fonctionnalité.

Pour les personnes souffrant de graves lésions orthopédiques, la capacité à se déplacer de manière autonome peut être compromise. L’hôpital Aqrabat aide les patients à s’adapter à leur prothèse, leurs fauteuils roulants et leurs béquilles.

Au-delà des blessures physiques, le traumatisme du tremblement de terre peut avoir des effets psychologiques durables, comme le stress post-traumatique et l’anxiété.

Dans la salle de soins du centre de réadaptation, Noor, 3 ans, esquisse quelques timides sourires. Un moment chaleureux, avec un personnel  attentionné. Quand les violentes secousses ont fait s’effondrer sa maison lors du séisme du 6 février 2023, Noor n’avait que deux ans et demi. Elle est restée trois jours sous les décombres avant d’être retrouvée par les secours.

Guérison et résilience

Noor a été amputée sous le genou. Sa jambe gauche a subi de multiples opérations. Après sept mois d’hospitalisation, elle est suivie encore de près par nos équipes partenaires.

« Noor est en pleine croissance donc nous devons réajuster sa prothèse régulièrement. Concernant son autre jambe, elle a été très affaiblie depuis le séisme à causes des nombreuses opérations chirurgicales qu’elle a subies. Nous l’accompagnons dans sa rééducation et vérifions régulièrement sa prothèse de jambe », explique sa physiothérapeute. 

En parallèle de la rééducation, il est important d’accompagner la petite fille sur le plan psychologique, pour surmonter les difficultés émotionnelles et mentales complexes pour favoriser la guérison, la résilience et le rétablissement.

Comme pour de nombreux enfants blessés dans le séisme, l’hôpital organise des activités récréatives dédiées.

Marcher seule pour rejoindre l’école 

Après de longs mois de convalescence et de rééducation, Rema a été équipée d'une prothèse après avoir été blessée lors d'un tremblement de terre. La jeune fille s’était retrouvée coincée sous les décombres de sa maison. Retrouvée vivante au bout de trente heures, les médecins ont dû l'amputer de la jambe.  Désormais la jeune fille est fière de pouvoir se déplacer de manière autonome et de reprendre le cours de sa vie “presque” comme avant.

La menace constante de la guerre

Mais pour Salahedin, directeur de l’hôpital, ces moments de détente et de joie ne doivent pas faire oublier la situation « profondément difficile », dit-il, de tous ces patients, dans une région qui endure la guerre depuis plus de dix ans.

« Non seulement ils sont aux prises avec le traumatisme mental causé par le tremblement de terre, mais ils portent également le poids d'une détresse permanente liée à la guerre. Leur vie quotidienne est marquée par un sentiment de peur omniprésent, accentué par la menace constante de frappes aériennes. De plus, la nature imprévisible du conflit oblige beaucoup d'entre eux à se déplacer fréquemment, à la recherche de zones plus sûres lorsque l'intensité de la guerre s'intensifie dans leur voisinage. Ces bouleversements continus exacerbent leur état émotionnel et physique déjà fragile, rendant leur chemin vers la guérison encore plus complexe et exigeant », conclut le directeur.

 

 

 

Published on: 17 avril 2024
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.