Goto main content
 
 

100 jours de chaos à Gaza : les personnes handicapées privées de tout

Urgence
Palestine

Plus de 400'000 personnes handicapées sont confrontées à d'énormes difficultés pour survivre à l'horreur.

Activités récréatives organisées par HI pour les enfants dans un camp de déplacés à Gaza

Nous organisons des activités récréatives organisées pour les enfants dans un camp de déplacés à Gaza | © HI

Depuis le 7 octobre et l'escalade de la violence entre Israël et le Hamas, au moins 23’357 Palestiniens ont été tués et environ 59’410 auraient été blessés à Gaza par les bombardements continus des forces israéliennes (11 janvier). L’offensive israélienne fait suite à l'attaque massive menée par le Hamas, le 7 octobre, au cours de laquelle 1’200 Israéliens ont été tués, et 240 Israéliens et ressortissants étrangers ont été pris en otage.

À l'occasion du 100e jour du conflit, Danila Zizi, notre directrice pays pour la Palestine, décrit la situation des personnes handicapées à Gaza :

Quels sont les défis auxquels sont confrontées les personnes handicapées à Gaza, après 100 jours de conflit ?

À Gaza, toute la population souffre. Mais les personnes handicapées – qui sont estimées à 441'000, soit 21% de la population1 - sont confrontées à des problèmes encore plus graves. Elles ont besoin d’aide dans des domaines fondamentaux comme la sécurité, comme l’accès à la nourriture, à un abri et à des produits essentiels pour leur santé... Leur dignité et leurs droits humains sont directement menacés.

Avec plus de 22'000 morts et plus de 50'000 blessés à cause des bombardements et des pilonnages depuis le 7 octobre, le nombre de personnes qui auront un handicap permanent risque d'augmenter considérablement. En outre, la situation des personnes atteintes de maladies chroniques, qui n'ont plus accès aux soins médicaux, et celle des personnes âgées sont, dans ce contexte, très préoccupantes.

Les personnes handicapées sont-elles particulièrement affectées par les violences et les déplacements actuels ?

Beaucoup de personnes handicapées sont séparées de leur famille, de leurs amis et de leurs aidants. Certaines ne peuvent pas suivre les ordres d'évacuation et physiquement évacuer leur maison. Une personne malentendante, par exemple, ne peut pas entendre les roquettes qui arrivent, ce qui la met en danger. Beaucoup ont perdu leurs appareils d'assistance et leurs médicaments, ce qui les rend encore plus vulnérables.

Nos équipes ont récemment aidé un enfant avec une paralysie cérébrale. La famille a dû quitter précipitamment le domicile, laissant les médicaments et l'équipement de l'enfant. Maintenant, il souffre de spasmes musculaires douloureux.

Comment les personnes handicapées accèdent-elles à l'aide à Gaza malgré les difficultés ?

Les personnes handicapées, comme l'ensemble de la population vivant à Gaza, a difficilement accès à l'aide humanitaire, très limitée à Gaza. La pénurie de produits d'hygiène, d'installations sanitaires adaptées et de services de soins infirmiers est à l'origine de nombreuses infections. Nous avons récemment rencontré un homme qui, après avoir reçu un fauteuil roulant, a déclaré avoir réduit son alimentation pour limiter son usage des toilettes, qui sont communes et très difficiles à utiliser pour lui. Se déplacer en fauteuil roulant sur des routes endommagées par la guerre, ne pas pouvoir se reposer, avoir un abri de fortune, etc., vous êtes toujours exposé au danger. L'utilisation d'armes explosives lourdes à Gaza, à une intensité sans précédent, exacerbe les difficultés quotidiennes des personnes handicapées.

Même avant le conflit actuel, Gaza dépendait de l'aide humanitaire et des livraisons de camions humanitaires. Depuis le 7 octobre, ces livraisons ont été suspendues ou perturbées. Le nombre total de camions qui circulent dans la bande de Gaza est loin d'être suffisant pour couvrir les besoins humanitaires qui sont massifs. C’est le cas également des camions de sociétés privées qui livrent des produits de base à Gaza, de sorte que les magasins sont vides et que les produits de base sont introuvables.

HI est-elle en mesure de distribuer des équipements et des articles aux personnes ?

Nous avons déjà distribué au cours des deux derniers mois la quasi-totalité de l'équipement et des articles d'aide humanitaire stockés dans ses trois entrepôts d'urgence à Gaza, aidant ainsi 3500 personnes.

Après 21 jours d'attente à la frontière, 8 camions contenant des fournitures pour notre organisation ont pu entrer dans la bande de Gaza fin décembre. Nous avons ainsi pu fournir 300 fauteuils roulants, 50 toilettes à roulettes, 250 béquilles et 150 embouts de béquilles à des personnes handicapées ou blessées. 430 kits d'hygiène, 450 kits de dignité et 150 aides à la toilette seront bientôt distribués aux familles déplacées vivant dans les abris d'urgence.

Depuis le 7 octobre, la population de Gaza est privée de services humains de base, notamment d'eau potable, de nourriture, d'électricité, de télécommunications et de carburant. La livraison de biens essentiels par les opérateurs humanitaires est vitale, en particulier pour les personnes handicapées et les civils blessés, qui sont dans l’incapacité de fuir ou dont l'aide médicale est abandonnée. 

Quelle est votre principale préoccupation aujourd'hui en tant qu'organisation humanitaire ?

Nous restons alarmés par le nombre très élevé de victimes civiles, par l'absence d'accès humanitaire sûr et par le nombre limité de camions pouvant entrer quotidiennement dans la bande de Gaza. Avec plus de 800 organisations, nous appelons à un cessez-le-feu immédiat pour mettre fin au carnage et garantir l'acheminement de l'aide humanitaire à la population touchée.


Notre présence en Palestine 

Nous avons lancé notre premier projet en Palestine en 1996. Depuis 27 ans, nos équipes répondent aux besoins de la communauté palestinienne - en Cisjordanie et à Gaza - dans plusieurs secteurs. Notre équipe en Palestine mène des projets de préparation aux catastrophes et de réduction des risques, de réadaptation physique et fonctionnelle, d'inclusion économique et de relance économique, et d'éducation inclusive. 

1. Source : Multisectoral Needs Assessment performed by REACH, OCHA. HI a participé à cette évaluation.

Published on: 15 janvier 2024
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : l’utilisation des armes explosives ou les bombardements quotidiens et l’ampleur de la contamination isolent des villages, de nombreuses personnes âgées attendent près du front
© M.Monier / HI
Mines et autres armes Santé Stop Bombing Civilians Urgence

Ukraine : l’utilisation des armes explosives ou les bombardements quotidiens et l’ampleur de la contamination isolent des villages, de nombreuses personnes âgées attendent près du front

L'utilisation massive d'armes explosives en Ukraine a détruit des routes, des hôpitaux, des écoles et isolé des régions entières. Nous attirons l'attention sur les dangers liés aux munitions non explosées ainsi que sur les besoins exacerbés des personnes qui n’ont pas pu fuir les zones de combat. 

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"
© HI 2023
Réadaptation Urgence

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"

En Syrie, suite aux puissants séismes qui ont touché le pays, nous accompagnons toujours les rescapés en réadaptation et sur le plan psychologique.

Lettre ouverte de 8 ONGs à M. Ignazio Cassis à l’occasion de la journée mondiale pour un cessez-le-feu à Gaza, lundi 18 décembre 2023
© T.Million / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Lettre ouverte de 8 ONGs à M. Ignazio Cassis à l’occasion de la journée mondiale pour un cessez-le-feu à Gaza, lundi 18 décembre 2023

Rejoignez la journée mondiale d'action pour #CeasefireNOW.

Le 18 décembre 2023, des personnes du monde entier s'uniront pour demander un cessez-le-feu durable en Israël et dans le territoire palestinien occupé.

Nous nous unissons à d'autres organisations humanitaires et des particuliers de plus de 90 pays pour protéger les civils touchés par le conflit.