Goto main content
 
 

Comment 7 ans de guerre au Yémen ont dévasté le pays

Mines et autres armes
Yémen

Le 26 mars 2022 marque les 7 ans du début du conflit au Yémen, l’une des plus graves crises humanitaires au monde. Ce conflit est un autre exemple effrayant des conséquences humanitaires à long terme de l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

Exemples de destructions importantes à Aden, dans le sud du Yémen.

Exemples de destructions importantes à Aden, dans le sud du Yémen. | © ISNA Agency/HI

« Nous sommes choqués par l’ampleur et la diversité de la contamination du pays : mines antipersonnel et mines improvisées, munitions explosives abandonnées et non explosées, etc. L'analyse de quelque 2’400 engins explosifs improvisés depuis 2017 a révélé que 70% d'entre eux font office de mines : ils sont déclenchés par la présence, la proximité ou le contact d'une personne ou d'un véhicule » explique Daniel Suda-Lang, notre directeur.

La situation humanitaire en chiffres

  • 20,7 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, soit 66% de la population yéménite[1]  
  • 13,5 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire[2]  
  • 15 millions de personnes ont du mal à accéder à l'eau potable
  • 4 millions de personnes ont été forcées de quitter leur foyer[3] 

Les victimes du conflit : les civils

  • Depuis le début du conflit en 2015, les Nations unies font état d'un total de 20’000 victimes civiles, 2’087 ont été tués en 2020
  • On estime que 377’000 personnes seraient mortes au cours des sept années de guerre au Yémen, dont 60% en raison des conséquences indirectes du conflit, comme le manque de nourriture, de services de santé et d'infrastructures. Si la guerre se poursuivait jusqu'en 2030, 1,3 million de personnes pourraient décéder, principalement de causes indirectes[4]

Les conséquences de l’utilisation intensive d'armes explosives dans les zones peuplées du Yémen

  • Au moins 24’000 frappes aériennes ont eu lieu depuis mars 2015. 90% des victimes des armes explosives dans les zones peuplées sont des civils
  • Plus de 9’000 civils ont été victimes de frappes aériennes et de bombardements depuis le début du conflit en mars 2015
  • L'année 2021 a vu une énorme résurgence de la violence autour de la ville de Ma'rib, dans le nord, ainsi que sur la côte ouest du pays :
    • En janvier 2022, une série d'attaques a fait des centaines de victimes, dont 91 personnes ont été tuées lors d'une frappe aérienne massive contre un centre de détention à Saada
    • À peu près au même moment, des attaques contre une installation de télécommunication abritant la principale passerelle du pays pour la connectivité Internet et mobile ont plongé tout le pays dans le noir

Notre intervention pour les plus vulnérables depuis 2015

  • 42'500 personnes ont suivi des sessions de réadaptation
  • 29’800 personnes ont bénéficié d'un soutien psychosocial
  • 43’200 personnes ont été équipées en aides à la mobilité, dont des béquilles et des fauteuils roulants, 660 personnes ont été appareillées avec une prothèse ou une orthèse
  • 2’900 kits d'hygiène ont été distribués
  • 820 membres du personnel médical formés à la réadaptation
  • Apport d’un soutien financier à près de 700 ménages

Non aux bombardements des civils : vers un accord historique

Témoin direct de ces drames humains, nous militons depuis plus de 10 ans, avec de nombreuses organisations humanitaires, pour faire aboutir un processus diplomatique international qui préviendra l’utilisation d’armes explosives lourdes des zones peuplées. Une nouvelle étape de négociations se déroulera du 6 au 8 avril prochain à Genève.


[1] https://crisisresponse.iom.int/response/yemen-crisis-response-plan-2022

[2] Ibid.

[3] https://gho.unocha.org/yemen

[4] https://www.hrw.org/world-report/2022/country-chapters/yemen et https://www.ye.undp.org/content/yemen/en/home/library/assessing-the-impact-of-war-in-yemen--pathways-for-recovery.html et https://reliefweb.int/report/yemen/yemen-famine-around-corner-says-world-food-programme

Published on: 28 mars 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.