Goto main content
 
 

Déminer avec un drone : une révolution dans le monde du déminage

Mines et autres armes
Tchad

À Faya-Largeau, dans le nord du Tchad, Handicap International (HI) lance l’expérimentation de drones pour repérer la présence des mines et avoir une vision très précise du terrain : une révolution dans le monde du déminage.

HI teste des drones détecteurs de mines dans le nord du Tchad

HI teste des drones détecteurs de mines dans le nord du Tchad | © John Fardoulis / HI

« Les premiers tests ont eu lieu en janvier, dans le désert au sud de Faya. C’est une zone fortement contaminée par le conflit avec la Libye dans les années 80. Le drone survole de vastes zones en temps record : 3 km2 en 2 heures ! Un gain considérable de temps pour le repérage des mines. »

Xavier Depreytere, chef du projet pour HI

 

Visualisation et données 

« Muni d’une caméra, le drone permet d’avoir une image précise de ce qui est repéré au sol, avec un ensemble de données, comme la géolocalisation. A quelle hauteur le drone doit-il voler pour être le plus efficace? Quel type de drone utiliser ? Quelles sont les données utiles pour le démineur ? Ce sont toutes ces questions que nous posons pour en faire une utilisation optimale. Lors de ces premiers tests, le drone a pris une photo de la zone survolée tous les 2 mètres. L’objectif : les assembler pour avoir une carte ultra précise. »

Les mines un frein au développement

Les mines et les restes explosifs de guerres sont un danger quotidien pour les populations civiles dans 61 pays dans le monde et posent un vrai frein au développement. Dans beaucoup de pays, les terres agricoles contaminées par des mines et restes explosifs ne peuvent plus être exploitées. Une situation qui a un impact sur l’agriculture et l’économie de régions entières.

Rencontre internationale des experts du déminage

Du 5 au 7 février, les experts du déminage se retrouvent à Genève pour la rencontre annuelle sur l’action contre les mines, sous l’égide des Nations unies. HI est présente à ce rendez-vous pour échanger entre professionnels sur les nouvelles méthodes innovantes dans le déminage et faire valoir les différentes expérimentations menées en ce moment par l’association. Un des sujets clés sera également les méthodes de déminage face aux mines artisanales, véritable défi du déminage moderne.

 


Lire le communiqué de presse en format PDF.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.