Goto main content
 
 

Handicap International part en guerre contre les mines et restes explosifs

Mines et autres armes
République démocratique du Congo

Handicap International démarre des opérations de déminage en République démocratique du Congo (RDC). L’organisation et son partenaire local, AFRILAM (Afrique pour la lutte antimines), commencent ce mois de juin à déminer un terrain de 50 000 mètres carrés, soit l’équivalent de 8 terrains de football, à une quinzaine de kilomètres de Kinsagani, préfecture de la province de Tshopo, au Nord-Est du pays.

© Handicap International / AFRILAM

29 personnes, dont 14 démineurs, répartis en trois équipes, sont en action depuis mi-juin près des villages de Bangboka et Batiabombe, dans un milieu difficile, une forêt dense et humide. Cette opération de déminage qui repose sur l’utilisation de détecteurs de métaux et de sondes durera jusqu’à l’automne prochain. Elle permettra à près de 3 500 villageois de récupérer des terres arables, et de reprendre l’agriculture et l’élevage.

Cette intervention fait suite aux enquêtes que Handicap International et AFRILAM ont menées pendant plusieurs semaines auprès des habitants et des autorités locales pour localiser les risques de contamination par les mines antipersonnel et les restes explosifs de guerre.

Les mines et les restes explosifs de guerre sont une menace permanente pour les populations locales qui peuvent en être les victimes des années après un conflit. Elles posent un frein au développement économique du pays car des terrains, voire des pans entiers de territoire, ne sont plus utilisés pour cultiver, construire routes et habitations, etc.

Les mines antipersonnel ont été employées pour la première fois en 1960 en RDC, au lendemain de l’accession du pays à l’indépendance. Depuis 1996, elles ont été largement utilisées par les différents groupes armées qui se sont opposés dans le Nord et l’Est du pays, au gré des nombreux conflits qui se sont succédé. Aujourd’hui encore, elles sont une menace permanente pour les populations locales.

Handicap International est présente en République démocratique du Congo depuis 20 ans. Elle a été un acteur majeur du deminage, ces dernières opérations dans le domaine remontant à 2014. Avec AFRILAM, son partenaire depuis 2008, l’association est engagée dans de nouvelles opérations jusqu’en décembre 2017.

Membre du Traité d’Ottawa, la République démocratique du Congo s’est donné jusqu’à 2021 pour être libre de mines.

Published on: 14 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.