Goto main content
 
 

Identifier les zones à risque pour déminer l’Irak

Mines et autres armes
Irak

Au début de l’année 2016, Handicap International a lancé des activités de déminage dans les gouvernorats de Kirkouk et Diyala, en Irak. La dépollution des sols sera bientôt mise en place dans ces régions, après plusieurs mois d’enquêtes non-techniques préliminaires et de marquage des zones contaminées. 

Préparation des activités de déminage dans le gouvernorat de Kirkouk

Préparation des activités de déminage dans le gouvernorat de Kirkouk | © E. Fourt / Handicap International

Les enquêtes non techniques permettent de cartographier et de marquer les zones contaminées par des restes explosifs de guerre et des engins explosifs improvisés, incluant d’ancienne contamination (provenant des guerres passées) ainsi que des contaminations récentes (occupation des territoires par le groupe Etat Islamique). Elles représentent une composante essentielle du processus de déminage.

"A travers la conduite d’enquêtes non-techniques, l’important est de définir quels sont les restes explosifs présents, quelles sont les zones touchées, de façon à préparer les opérations de dépollution. Un des grands défis des enquêtes non-techniques en Irak est que nous n’avons pas à faire à des mines mais à des engins explosifs improvisés de diverses natures, dispersés sur de grandes étendues", explique Emmanuel Sauvage, coordinateur régional mine-action pour Handicap International.

A la fin de cet été, les opérations de dépollution débuteront notamment dans la ville de Jalawla et de ses environs (gouvernorat de Diyala). Cette ville a été le théâtre de nombreux affrontements, qui en ont fait l’un des endroits les plus ravagés par le conflit actuel, avec de multiples quartiers qui ne sont toujours pas accessibles pour ses habitants. Des pièges et des bombes artisanales sont encore présents dans de nombreuses rues, maisons et bâtiments. Les habitants de Jalawla commencent graduellement à se réinstaller, bien que la zone ne soit toujours pas sécurisée. A travers l’action contre les mines (qui couvre des activités de dépollution, d’assistance aux victimes et d’éducation aux risques), Handicap International veut garantir la sécurité des habitants de la ville et sa banlieue. 

Published on: 12 juillet 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.