Goto main content
 
 

Ouragan Matthew: Handicap International a aidé les familles affectées à reconstruire leur maison

Urgence
Haïti

Le 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a frappé Haïti et a affecté plus de deux millions de personnes. Handicap International a notamment distribué plus de 900 kits d’urgence et des articles ménagers aux victimes de la catastrophe dans le département des Nippes. Grâce à ces kits, qui comprennent des outils et des bâches, ces familles ont pu réparer leur maison. Témoignages du terrain. 

Jeanty Emile et ses enfants

Jeanty Emile et ses enfants | @ Handicap International

"Je m’en rappelle comme si c’était hier. Un vrai cauchemar. J’étais à la maison avec mon mari et mes trois enfants. Les vents étaient terribles, ils secouaient notre maison et ont arraché notre toit. La pluie n’arrêtait pas de tomber. Notre maison n’a pas résisté, on s’est retrouvés dehors, dans le noir le plus total. On a passé toute la nuit sous les rafales de vent et les averses. Autour de nous, les arbres tombaient et les toits s’envolaient. Le lendemain, on a couru chez un des voisins dont la maison avait tenu le coup. On y est restés deux semaines. Et chaque jour, nous sommes retournés à l’emplacement de notre ancienne maison pour y construire un abri provisoire. En décembre, nous avons reçu des kits de Handicap International, qui contenaient notamment des outils. Nous avons enfin pu reconstruire notre petite maison. Nous sommes vraiment contents d’avoir pu compter sur ce soutien", confie Ulysse Cletide, commune de Petite Rivière.

 

"Je vis chez ma fille, Lucienne, son mari et leurs enfants. Quand l’ouragan Matthew a frappé notre village, le toit de notre maison s’est envolé. Nous nous sommes réfugiés dans un petit dépôt qui résistait aux vents violents. Après l’ouragan, nous avons construit un abri provisoire avec des bois. Mais le toit n’était pas étanche, et nous étions constamment sous l’eau.  En décembre, nous avons reçu des kits d’urgence, comprenant des outils et des bâches, de Handicap International. Nous avons pu nous construire une petite maison, plus solide, et rester au sec durant les fortes pluies. Un vrai soulagement", confie Mertilia Lafontant, commune de Anse à Veau.

 

"Je vis seul avec mes deux enfants. Durant l’ouragan Matthew, ma maison a été détruite, et nous nous sommes réfugiés chez un voisin, dont la maison était aussi endommagée. Grâce aux outils et aux bâches que j’ai reçus de Handicap International, j’ai pu aménager un nouvel espace de vie où nous nous sommes installés, mes enfants et moi", témoigne Jeanty Emile, commune de l’Asile.

Published on: 15 février 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.