Goto main content
 
 

Super-typhon Rai : des dégâts considérables

Urgence
Philippines

Dans le centre de l’archipel des Philippines, le typhon Rai a frappé jeudi dernier causant des dégâts matériels très importants. Une de nos équipes est sur place pour identifier les besoins. 

Destruction dans l’île de Bohol après le passage du typhon Rai.

Destruction dans l’île de Bohol après le passage du typhon Rai. | © A. Dumduma / HI

Moins de 48 heures après le passage du typhon Rai, qui a frappé le centre des Philippines, une de nos équipes a pu se rendre sur l’île de Bohol, l’une des plus touchées par les vents violents et les inondations. La mission est de mesurer l’étendue des dégâts, et d’identifier les besoins les plus urgents. 

Selon les autorités, 375 personnes auraient trouvé la mort suite au passage de Rai. Ce bilan demeure cependant très provisoire, compte tenu des destructions et des difficultés d’accès (dues notamment à des routes coupées) qui ne permettaient pas encore de disposer de données complètes sur la situation. Les dernières informations que nous avons sont que un total de 780’800 personnes ont été touchées par Rai. 279’623 personnes ont trouvé refuge dans plus de 2’000 centres d'évacuation dans les régions V, VI, VII, VIII, X, MIMAROPA et Caraga, et près de 30’000 autres sont hébergées par des proches.

« Lorsque nous sommes arrivés à Bohol, nous avons pu voir que 90 à 95 % des maisons avaient été submergées par les inondations, explique Alvin, notre chef de projet aux Philippines. Et les maisons en matériaux légers (bois et tôles) sont totalement détruites ou ont été emportées ». 
« Dans l’immédiat, les besoins les plus urgents que nous avons constatés, sont l’accès à l’eau potable, à la nourriture, à des vêtements et à des médicaments de base », témoigne Alvin. 

En raison de la violence des vents qui ont affecté le centre des Philippines, de nombreuses familles ont en effet tout perdu. 

La principale activité économique de cette région, le tourisme est déjà très affectée par les restrictions liées à la pandémie de Covid 19. Les conséquences du typhon risque d’aggraver encore la situation.
Les équipes de HI vont poursuivre leur évaluation des besoins dès ce lundi, pour déterminer ensuite l’aide à fournir aux personnes les plus vulnérables. 

Published on: 21 décembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.