Goto main content
 
 

Syrie 11 ans : le déminage et la reconstruction prendront plusieurs générations

Stop Bombing Civilians
International

Le 15 mars 2022 marquera les 11 ans du début du conflit en Syrie. La crise humanitaire ne fait que s'aggraver. Les besoins humanitaires sont immenses et l'accès aux victimes reste un défi majeur. Ce conflit est l’exemple flagrant des conséquences humanitaires à long terme de l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Pour éviter que de telles situations se renouvellent, nous appelons les États à soutenir l’accord international contre les bombardements urbains, actuellement en cours de négociation.

Réfugiés syriens au Liban pris en charge par Handicap International

Réfugiés syriens au Liban pris en charge par Handicap International | © Kate Holt / HI

« Après 11 années de guerre, les bombardements et les tirs d'obus incessants en zones peuplées ont eu des conséquences humanitaires effroyables, explique Daniel Suda-Lang, notre directeur.  Nous travaillons aux côtés des Syriens qui ont tout perdu en Jordanie, au Liban, en Irak et en Egypte afin de leur fournir une aide humanitaire essentielle à leur survie. »

Le conflit syrien en chiffres :

  • 14 millions de personnes en Syrie ont besoin d'une aide humanitaire - une augmentation de 20% par rapport à l'année dernière. Garantir l'accès aux services de base (santé, nourriture, eau potable, abris, etc.) reste une priorité absolue
  •  6,7 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur du pays - dont beaucoup plusieurs fois - ce qui constitue la plus grande vague de déplacés internes au monde
  • 30% de la population âgée de plus de 12 ans est handicapée
  • 5,7 millions de Syriens sont réfugiés dans les pays voisins et dépendent fortement de l'aide humanitaire
  • En 2021, 42 attaques contre des travailleurs humanitaires ont été enregistrées ; plus d'un tiers d’entre eux ont été tués
  • En décembre 2021, près de 200’000 cas de Covid-19 ont été enregistrés et 6’666 décès dus à la pandémie ont été recensés - les chiffres réels devant être beaucoup plus élevés
  • Seule la moitié des hôpitaux et des centres de santé primaires de Syrie sont pleinement opérationnels
  • Les grandes villes comme Raqqa, Alep et Homs ont été largement détruites par l'utilisation massive et intense d'armes explosives. 80% de la ville de Raqqa a été détruite en 2017
  • 11,5 millions de personnes vivent actuellement dans des zones contaminées par des risques explosifs. Le niveau de contamination en Syrie est sans précédent dans toute l'histoire du déminage. Il faudra plusieurs générations pour rendre la Syrie sûre

Non aux bombardements des civils : vers un accord historique

Témoin direct de ces drames humains, nous militons depuis plus de 6 ans, avec de nombreuses organisations humanitaires, pour faire aboutir un processus diplomatique international qui exclura l’utilisation d’armes explosives lourdes des zones peuplées. La troisième et dernière étape de négociations se déroulera prochainement.

« Au cours de ce prochain cycle de négociations, nous devons nous assurer que le texte de la déclaration sera fort et aura un impact réel sur la protection des civils en situation de conflit. L'exclusion des armes explosives lourdes des zones peuplées doit devenir une norme internationale. Mettre fin à leur utilisation permettra de prévenir ou d'éviter de graves crises humanitaires » indique Daniel Suda-Lang, notre directeur

Published on: 15 mars 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.

La Suisse s’engage contre les bombardements urbains
(c) HI
Stop Bombing Civilians

La Suisse s’engage contre les bombardements urbains

Le 18 novembre aura lieu la Conférence de Dublin : les Etats adopteront un accord international qui améliorera considérablement la protection des civils contre les bombardements urbains. Nous félicitons la Suisse qui sera présente à ce rendez-vous et approuvera cet accord. Une victoire pour la société civile, pour notre organisation, sur ce combat que nous menons depuis quelques années.