Goto main content
 
 

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Mines et autres armes
International

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.

Une jeune fille blessée par une arme à sous-munitions en Syrie en 2015 - Centre de développement communautaire dans le gouvernorat d'Irbid, Jordanie.

Une jeune fille blessée par une arme à sous-munitions en Syrie en 2015 - Centre de développement communautaire dans le gouvernorat d'Irbid, Jordanie. | © Said Khlaifat / HI

Télécharger le rapport 2021 de l’Observatoire des armes à sous-munitions (en anglais).

« La Convention d'Oslo a permis de grands progrès dans la protection des civils contre les armes à sous-munitions : chaque année les stocks sont détruits, d'importantes zones de terres contaminées sont déminées tandis que ces armes sont de plus en plus stigmatisées. Cela ne suffit toujours pas. Au cours des trois dernières années, nous avons assisté à une forte augmentation du nombre de victimes des armes à sous-munitions. Cette augmentation est principalement due à leur utilisation en Syrie et lors du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sur le Haut-Karabakh. Nous devons constamment rappeler aux États et aux groupes armés que l'utilisation de ces armes est interdite et que le droit international doit être appliqué » explique Daniel Suda-Lang, directeur de Handicap International Suisse.

Bilan des victimes

L'Observatoire a enregistré au moins 360 nouvelles victimes d'armes à sous-munitions en 2020 dans le monde. Ce chiffre représente une augmentation de 30% en trois ans (contre 317 victimes en 2019 et 277 en 2018). Sur ces 360 personnes, 142 ont été victimes d’attaques utilisant ces armes et 218 victimes de restes d'armes à sous-munitions signalées dans 7 pays, les principaux étant la Syrie (147), l’Irak (31) ou le Soudan du Sud (16). En 2020, la totalité des victimes dont le statut était connu était des civils. Les enfants ont représenté 44% des victimes.

Jusqu'à 40% des sous-munitions n'explosent pas à l'impact et laissent des restes qui constituent une menace mortelle pour la population locale. Ce bilan est très certainement en dessous de la réalité en raison des difficultés parfois à obtenir les informations. 

Destruction des stocks et contamination

Depuis l'entrée en vigueur de la Convention d’Oslo le 1er août 2010, 36 Etats parties ont détruit 1,5 million de stocks d'armes à sous-munitions, soit un total de 178 millions de sous-munitions. Cela représente 99% de toutes les armes à sous-munitions déclarées par les Etats parties. 

Au total, 26 Etats et trois régions restent contaminés par des restes de sous-munitions dans le monde.

Published on: 15 septembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.