Goto main content
 
 

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Mines et autres armes Mobilisation
Vietnam

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Déminage des terres pollués par les mines au Laos

Déminage des terres polluées par les mines au Laos | © Sara Goldberg / HI

L’étendue de la contamination

Les États-Unis ont mené environ 600’000 opérations de bombardement sur le Laos, officiellement pour détruire les routes d'approvisionnement du Nord-Vietnam (la piste Ho Chi Min). Soit l'équivalent d'un raid toutes les 8 minutes pendant 9 ans.

Environ 25% du Laos est contaminé par des restes d’engins explosifs, rendant ce pays le plus lourdement bombardé au monde (si on le rapporte au nombre d'habitants). Plus de 270 millions de bombes à sous-munitions ont été utilisées, dont environ 80 millions ont mal fonctionné et n'ont pas explosé au moment de leur impact. Elles restent actives et enterrées dans les sols depuis la fin de la guerre. Aujourd'hui, de vastes zones du pays - forêts, rizières, villages, terrains d'écoles et routes - sont toujours contaminées.

Les civils : victimes de ces restes explosifs

Depuis 1964, plus de 50’000 personnes ont été tuées ou blessées dans des accidents causés par des restes d'explosifs de guerre, dont environ la moitié en temps de paix. Plus de 15’000 survivants d'accidents dus aux mines et aux restes explosifs vivent au Laos et beaucoup d'entre eux souffrent de blessures chroniques, ce qui implique un soutien continu.

Notre intervention au Laos

Au cours des quarante dernières années, nous avons mené des opérations de dépollution des terres contaminées, sensibilisé la population au danger et aidé les victimes des restes explosifs de guerre au Laos. Nous fournissons également une éducation aux risques liés aux munitions explosives dans toutes les communautés.

Notre équipe comprend 73 personnes, des experts en enquête et en dépollution aux médecins traumatologues, en passant par le personnel chargé de la sensibilisation aux risques et une équipe d'assistance aux victimes, formée pour identifier et orienter les personnes handicapées, y compris les victimes d’armes explosives.

Depuis 2006, nos équipes de déminage ont dépollué plus de 574 hectares de terrain (soit l’équivalent de 800 terrains de foot) et détruit plus de 43’000 munitions explosives.

Lamngueun, notre experte en dépollution des explosifs et superviseuse d'équipe, est fière de son travail : « Mes grands-parents, mes parents, mes enfants, toute ma famille vit chaque jour dans la peur, ils ont conscience des dangers que représentent ces engins explosifs. Je suis très heureuse de participer à la résolution de ce problème. » Lorsqu'elle était enfant, son père a été blessé par un engin explosif alors qu'il travaillait à la rizière ; elle a été profondément choquée par cette accident.

Published on: 24 janvier 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.

Colombie : le déminage à Chaparral fait naître de nouveaux espoirs
© J. M. Vargas/HI
Mines et autres armes

Colombie : le déminage à Chaparral fait naître de nouveaux espoirs

Depuis octobre 2021, nous menons des opérations de déminage humanitaire dans El Cañón de Las Hermosas en Colombie. Grâce à notre travail d’enquête et aux opérations de déminage, les communautés pourront réutiliser leurs terres agricoles et pastorales.