Accès direct au contenu
 
 

Après 2 ans de tests de drones, nous disons au revoir au Tchad

Mines et autres armes
International Tchad

En mars dernier, nous avons terminé nos expérimentations de drones, démarrées il y a 2 ans dans le Nord du Tchad avec nos partenaires Mobility Robotics et FlyingLabs Côte d'Ivoire.

Notre organisation et son partenaire Mobility Robotics effectuent des tests de drones lors d'opérations de déminage dans le nord du Tchad.

Notre organisation et son partenaire Mobility Robotics effectuent des tests de drones lors d'opérations de déminage dans le nord du Tchad. | © John Fardoulis / HI

Pour la première fois dans l'histoire du déminage humanitaire, des vols de drones ont été effectués en conditions réelles, conjointement à des opérations de déminage.

Pendant deux ans, nous avons testé des drones pour cartographier et inspecter des zones dangereuses. Nous avons capturé des photos et des vidéos à distance pour aider les démineurs à vérifier des endroits inaccessibles et à identifier les dangers à la surface. Nous avons créé des cartes haute résolution pour étudier les signes de contamination tels que les cratères ou les traces d'accidents de mines antipersonnel impliquant des animaux ou des véhicules.

Nous avons réalisé une première mondiale en utilisant un capteur thermique embarqué sur un petit drone pour localiser les mines antipersonnel et antivéhicules enterrées dans des champs de mines dans le désert.

Tout au long de ces deux ans d’expérience, les distances, les dangers de la route, la chaleur extrême (jusqu'à 51°C), les tempêtes de sable, les difficultés liées à la nourriture et à l'eau, les scorpions, la présence des mines et des engins explosifs ont fait partie des défis quotidiens de nos équipes.

En deux ans :

  • Nous avons mené plus de 100 missions de drones dans 65 endroits.
  • Les déplacements vers les zones dangereuses depuis la base ont duré entre 30 minutes et 1,5 jour.
  • Plus de 35 polygones et 30 km linéaires de champs de mines ont été cartographiés.
  • Plus de 2500 mines ont été localisées à l'aide du capteur thermique.
  • Nous avons passé des dizaines de nuits dans le désert sous les étoiles.
  • 6 démineurs tchadiens ont été formés à l'utilisation de petits drones.


Nous tenons à remercier les donateurs, la Direction générale du développement belge et l'Union européenne, ainsi que le personnel du Haut-Commissariat national de déminage au Tchad pour avoir rendu possible ce projet innovant.

Published on: 24 juin 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.