Goto main content
 
 

Beyrouth - un an après l'explosion : les soins de santé restent très limités

Urgence
Liban

De nombreuses personnes au Liban sont dans le désespoir, un an après l'explosion dévastatrice du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth ayant fait près de 200 morts et au moins 6’500 blessés. Chaque jour, nos équipes constatent que les personnes handicapées, les personnes âgées ou les mères célibataires sont particulièrement touchées ne bénéficiant pas d'une aide de l'État ou de soins de santé adéquats. Beaucoup de ces personnes sont encore traumatisées aujourd'hui. 

© Kate Holt / HI

Un an après l'explosion, le chaos règne toujours au Liban

Jusqu'à l'explosion, nous nous occupions principalement des réfugiés syriens au Liban. Depuis la catastrophe, de plus en plus de femmes et d'hommes libanais arrivent et ont besoin de notre aide.

"Le système de santé publique continue à ne fonctionner que de manière limitée", déclare Zeina, qui dirigeait la mission de secours d'urgence à l'époque.

La moitié de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté, doit faire face à des pénuries de carburant, à la hausse des prix des denrées alimentaires et de nombreuses cliniques et cabinets médicaux endommagés ne sont toujours pas opérationnels aujourd'hui.

"De nombreuses personnes ont besoin d'aide et la cherchent auprès d'organismes d'aide plutôt que dans les services de santé gouvernementaux", a déclaré Zeina. "Le nombre de nos patients a augmenté de 35 %. Beaucoup sont sur des listes d'attente. Ils ont particulièrement besoin de nos services de réhabilitation et de nos services psychosociaux." 

Colère, désespoir et peur

L'ensemble du pays connaît une grave crise financière aux conséquences humanitaires dévastatrices. La livre libanaise a atteint un plancher record et le chômage est en hausse : environ 70’000 personnes ont perdu leur emploi à cause de l'explosion. La moitié de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté. Les prix de la nourriture, des médicaments et du carburant sont extrêmement élevés et inabordables pour beaucoup. Le nombre d'infections causées par le coronavirus est en augmentation. Danila Zizi, notre directrice de programme pour le Liban, déclare :

"Les personnes qui avaient un emploi sûr et un bon revenu à l'époque ont maintenant du mal à nourrir leurs propres enfants. Cela met à mal la santé physique et mentale. Nous avons désespérément besoin de soutien."

La mémoire donne aussi de l'espoir

Nahed Mansour, notre chef de projet au Liban, raconte les événements de ce jour tragique :

"Je me souviens du sang dans les rues, des cris des gens, des fenêtres brisées et des bâtiments effondrés. Je me souviens de la façon dont les gens se soutenaient et s'entraidaient. Après l'explosion, des personnes de tout le Liban se sont rendues directement à Beyrouth pour aider les familles touchées, bien qu'une quarantaine ait été imposée. Je n'oublierai jamais comment l'un des volontaires a sauvé une femme gravement blessée. Elle l’avait informé être infectée par la Covid-19 et qu'il devait rester loin d'elle mais ce dernier a répliqué : "Je m'en fiche, je ne te laisserai pas mourir", et il l'a portée dans ses bras jusqu'à l'hôpital."

Nos actions sur le terrain depuis le 4 août 2020

Nos équipes viennent en aide aux victimes en intervenant dans différents domaines :

  • Services de réadaptation : 690* personnes ont bénéficié de services de réadaptation : 395 personnes ont bénéficié d'une réadaptation fonctionnelle, 261 soignants ont été formés à la réadaptation fonctionnelle et 360 personnes ont reçu des aides pour les besoins spéciaux ou des kits de traitement des plaies. 
  • Soutien psychologique et psychosocial : 703 personnes ont bénéficié d'activités de groupe pour un soutien social personnel.
  • Orientation : 1’003 de nos bénéficiaires ont été orientés vers des services externes, principalement pour recevoir de l'argent, de la nourriture, un abri ou une assistance médicale.
  • Services d'hygiène et de prévention à la COVID-19 : 1’396 ménages ont reçu des kits d'hygiène. Les équipes de terrain ont veillé à ce que tous les groupes cibles reçoivent et comprennent les messages de prévention sur la Covid-19 et leur sécurité.

*  Total supérieur à 690 car certaines personnes ont bénéficié à la fois de réadaptation fonctionnelle et de soutien en santé mentale.
 

Published on: 4 août 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.