Goto main content
 
 

Davann consacre sa vie au service des autres

Santé
Cambodge

Davann, 42 ans, est agent social pour Handicap International au Cambodge. Elle fait le lien entre les personnes handicapées des villages et le personnel du centre de réadaptation de Kampong Cham géré par l’association. Davann est un maillon indispensable d’une chaîne de solidarité destinée à aider les plus isolés et les plus démunis.

Sovannareach et Davann

Sovannareach et Davann | (c) Lucas Veuve / Handicap International

Davann descend de sa moto. Elle enlève son casque, secoue ses vêtements pleins de poussière de latérite. Après plus d’une heure de route sous une chaleur infernale, elle est enfin arrivée. Avec un grand sourire, elle avance vers la petite maison en bois sur pilotis. Aujourd’hui, elle rend visite à une jeune enfant amputé, victime d’un terrible accident de la route. Toute la famille l’attend là, à l’ombre sous la maison.

"Je fais partie de l’équipe du centre de réadaptation de Kampong Cham géré par Handicap International. J’apporte mon aide aux patients qui habitent dans six districts de la région, en particulier des plus isolés et des plus désespérés", explique cette femme de 42 ans.

Trois jours par semaine, sous un soleil de plomb ou une pluie battante, Davann se rend dans les villages. Elle connaît tous les bénéficiaires du centre. Elle identifie aussi de nouvelles personnes handicapées qui ignorent qu’elles peuvent recevoir un appareillage et devenir ainsi plus autonomes.

"Mon métier est passionnant et utile"

Davann raconte:

"Mon rôle consiste à garder un lien avec chaque personne suivie par les physiothérapeutes et les orthoprothésistes. Je m’assure qu’elle sera présente lors de la prochaine consultation. Je prends de ses nouvelles, vérifie que tout va bien, etc. La vie des villageois est très compliquée à cause de la misère. Le moindre petit problème peut avoir des conséquences fâcheuses ici. Si la personne va très mal, je l’envoie donc directement à l’hôpital. Si une prothèse est cassée ou bien est devenue trop petite pour un enfant qui a grandi, je prévois immédiatement un rendez-vous pour changer l’appareillage. Je parle aussi beaucoup avec les familles des plus jeunes et fais le lien pour qu’ils aillent à l’école ou bien s’inscrire pour une formation professionnelle ou pour apprendre à lire et à écrire. Mon métier est passionnant et utile".

Les deux autres jours de la semaine à Kampong Cham, Davann fait le lien entre les patients et les physiothérapeutes, orthoprothésistes et spécialistes en santé maternelle et infantile. En 2014, 1 994 personnes ont bénéficié des services du centre de réadaptation.

Davann en tournée
Davann en tournée © Pascale Jérome / Handicap International

Published on: 14 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école Inclusion Réadaptation

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école

Victime d’un chauffard, Sreyka a dû être amputée de la jambe gauche pour avoir la vie sauve. Nous lui avons fabriqué une prothèse, lui permet de retrouver son sourire et les bancs de l’école.

Raschid peut enfin marcher
© HI
Bénéficiaires Réadaptation Santé

Raschid peut enfin marcher

La famille de Rashid a dû fuir le Congo en 2018 et vit depuis lors dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya. Le garçon ne pouvait déjà pas marcher correctement lorsqu'il était petit, car ses genoux étaient déformés. Il n'avait pas d'amis et était souvent l'objet de moqueries de la part des autres enfants. En 2021, Rashid a été opéré et suit désormais une physiothérapie régulière. Il est l'un des 15'000 réfugiés de Kakuma dont HI s'occupe.

Une ligne d'assistance téléphonique pour la santé mentale en Ukraine
© HI
Santé Urgence

Une ligne d'assistance téléphonique pour la santé mentale en Ukraine

Handicap International participe à une ligne d'assistance téléphonique pour permettre aux populations touchées par la guerre d'accéder à des services de soutien psychosocial à tout moment, en tout lieu.