Goto main content
 
 

Déminage: le partage d’expériences est essentiel

Mines et autres armes

Du 7 au 10 février s'est tenue à Genève la rencontre annuelle de professionnels engagés dans l’action contre les mines dans le monde. Près de 400 personnes de différentes institutions et organisations se sont retrouvées pour échanger leur expérience. Un rendez-vous crucial pour Handicap International.

Formation de démineurs par Handicap International en Colombie en vue d’opérations de déminage dans trois départements du Sud du pays

Formation de démineurs par Handicap International en Colombie en vue d’opérations de déminage dans trois départements du Sud du pays | © J.M. Vargas / Handicap International

Bailleurs, Etats engagés dans des opérations de dépollution ou d’aide aux victimes, centres nationaux de déminage, entreprises privés et organisations humanitaires de déminage, etc. De nombreux professionnels se sont retrouvés à Genève cette semaine. Au programme: échanges d’expériences, information sur les dernières innovations techniques pour déminer, perspectives d’activités dans les années à venir, etc. Cette année, les bombes artisanales faisant office de mines, que l’on trouve fréquemment en Syrie ou en Irak, seront au centre des discussions, tout comme l’utilisation des drones, les outils de géolocalisation des mines à sécuriser et le partage d’informations entre partenaires lors d’une intervention…

Pour Handicap International, représentée à cette conférence par une importante délégation, il s’agit d’un rendez-vous unique. Ces quatre jours permettent de partager des analyses, de confronter des modes opératoires, de prendre contact avec des autorités nationales et de tisser de nouvelles collaborations.

Side event on victim assistance

De gauche à droite : Elke Hottentot, conseillère technique en assistance aux victimes; Margaret Arach Orech, fondatrice et directrice de l’association des survivants de mines en Ouganda; Hugh Watson de la Mission permanente australienne à l’ONU ; Ly Panharith, secrétaire général adjoint de l’Agence cambodgienne de lutte contre les mines et d’assistance aux victimes

Side event on victim assistance, Palais des Nations, Genève.
(c) UNMAS

Published on: 6 février 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.