Goto main content
 
 

“Des zones complètement oubliées, voire ignorées depuis le passage de l’ouragan.”

Urgence
Haïti

En Haïti, Pauline Lavirotte est chargée de projets pour la réponse aux besoins de base des populations affectées par l’ouragan Matthew. De retour d’une mission d’évaluation à Jean-Rabel, dans le Nord-Ouest du pays, elle nous alerte sur l’impact à long-terme de la catastrophe sur des populations déjà vulnérables.

Pauline Lavirotte, chargée de projets pour la réponse aux besoins de base des populations affectées par l’ouragan Matthew

Pauline Lavirotte, chargée de projets pour la réponse aux besoins de base des populations affectées par l’ouragan Matthew | © Benoit Almeras / Handicap International

“Jean-Rabel est une commune isolée du département du Nord-Ouest d’Haïti, à mi-chemin entre le Môle Saint-Nicolas et Port-de-Paix. Elle se trouve dans un massif montagneux, très aride en comparaison avec le reste du pays. Il y a environ 140 000 habitants dans la commune. Les habitants vivent dans différents endroits dans les collines; essentiellement de l’élevage et de l’agriculture.

Pour répondre aux besoins urgents, les habitants ont développé des mécanismes d’entraide, comme des ‘tontines’, des associations locales de micro-crédit. La solidarité villageoise est très forte.

En dehors de quelques associations haïtiennes et d’autres organisations de développement, la faible présence d’acteurs humanitaires limite la remontée d’informations auprès des principales ONG présentes à Port-au-Prince, ce qui nous a incités à conduire une évaluation dans cette zone.

Plus on approchait du Nord-Ouest, plus les dégâts de l’ouragan étaient visibles, particulièrement à partir de Bombardopolis. À Jean-Rabel, des maisons se sont effondrées sous la violence des vents. Perte de plantations et du bétail, les habitants de la commune sont très inquiets d’avoir perdu leurs sources de revenus. L’ouragan a renforcé leur vulnérabilité, alors que les conditions des habitants de vie étaient déjà précaires.

À Jean-Rabel, il n’y a aucun centre de santé suffisamment équipé pour prendre en charge d’éventuels blessés; l’accès à l’eau potable et aux centres de santé est presque inexistant. Les personnes qui ont été touchées par l’ouragan ont dû se réfugier chez leurs voisins et n’ont aucun endroit où loger provisoirement.

Depuis le passage de Matthew, Jean-Rabel a été complètement oubliée, voire ignorée. Les personnes affectées ont besoin d’un abri pour se loger, d’un accès à l’eau potable. Les conséquences à long-terme de l’ouragan seront graves s’ils ne bénéficient pas d’un soutien.”

Published on: 18 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.