Goto main content
 
 

Être ado et amputé dans un camp de réfugiés : l'histoire de Mouch, 17 ans, Sud-Soudanais

Bénéficiaires Réadaptation
Ethiopie

Mouch a fui le Soudan du Sud vers l’Éthiopie en raison de la guerre. Il a dû être amputé à son arrivée dans un camp de réfugiés à la suite d'une infection. Nous l'accompagnons, découvrez son parcours.

Mouch se tient debout à l'aide d'une béquille au centre de l'image.

Voici Mouch, amputé de sa jambe à la suite d'une morsure de serpent. Il se trouve au camp de réfugiés de Nguueyel en Éthiopie. | © HI

Fuir la guerre

Mouch est arrivé en 2020 dans le camp de réfugiés de Nguueyel dans la région de Gambella en Éthiopie, l'un des deux camps où nous intervenons. Il y vit avec sa mère, ses deux soeurs et son frère.

Originaires du Soudan du Sud, ils ont dû quitter le pays en raison de la guerre, des conflits ethniques et de l'instabilité qui y règne.

 

L'amputation

Mouch et sa famille ont passé 5 jours sur un bateau pour quitter le Soudan du Sud et atteindre l'Éthiopie. Les conditions de vie étaient très difficiles.

Avant d'embarquer, il s'est fait mordre par un serpent. Sur le bateau, il n'y avait pas le nécessaire pour soigner sa plaie et la morsure s'est gravement infectée. Une fois arrivé en Éthiopie, il a été amputé de sa jambe gauche.

Le voyage a été si difficile, le plus dur c'était la faim, mais grâce au soutien de ma famille, j'ai réussi à tenir.

La prothèse

En tant que réfugié dans un camp, avoir un handicap est plus difficile parce qu’il y a un manque d'infrastructures accessibles et d'aménagements. L'absence de soins de santé de qualité et de soutien rendent la vie des personnes handicapées plus difficile, explique Mouch.

Il a été pris en charge par nos équipes dès son arrivée dans le camp il y 3 ans. En 2022, il a reçu sa prothèse de jambe. Grâce à elle, il a eu l'impression de « retrouver sa jambe ». Il peut désormais participer aux mêmes activités que ses camarades, il se sent inclus dans la communauté et a la possibilité d’aller à l’école.

 

Notre intervention en Ethiopie

Nous sommes présents dans deux camps de réfugiés à Gambella, les camps de Nguueyel et de Jewi, qui comptabilisent 376'986 personnes. Aujourd'hui nous prenons en charge 830 personnes.

Nos interventions sont les suivantes :

  • Fourniture de services de réadaptation physique et fonctionnelle
  • Thérapie stimulante pour les enfants souffrant de malnutrition
  • Fourniture de services de santé mentale et de soutien psychosocial
  • Services liés à la protection
  • Formation à l'inclusion des personnes handicapées auprès des acteurs humanitaires
  • Amélioration des moyens de subsistance des personnes handicapées et de leurs aidants

Cliquez sur ce lien pour en savoir plus sur notre présence en Ethiopie.

Published on: 20 juin 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"
© HI 2023
Réadaptation Urgence

"1 an après le séisme, je me sens presque aussi bien qu'avant"

En Syrie, suite aux puissants séismes qui ont touché le pays, nous accompagnons toujours les rescapés en réadaptation et sur le plan psychologique.

Mieux protéger les humanitaires pour répondre aux besoins croissants
© R.Crews / HI
Droit Mobilisation Réadaptation

Mieux protéger les humanitaires pour répondre aux besoins croissants

339 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire en 2023. Alors qu’ils apportent une assistance vitale aux populations affectées par les conflits, les personnels humanitaires et de santé continuent d’être pris pour cible, kidnappés, criminalisés, blessés et parfois même tués. 

Être physio, c’est exercer un métier qui vous pousse chaque jour à faire de votre mieux
© Crolle Agency / HI
Réadaptation

Être physio, c’est exercer un métier qui vous pousse chaque jour à faire de votre mieux

Paul Lokiru, 32 ans, travaille comme physiothérapeute dans le nord-ouest de l’Ouganda. Pour lui, la physiothérapie permet de prendre soin et d’aider les personnes qui sont vraiment dans le besoin. Découvrez son quotidien au contact des populations réfugiées.