Goto main content
 
 

HI aide les familles qui fuient le Venezuela

Urgence
Colombie

La Colombie accueille plus d’un million de vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables

© HI

Depuis 2013, le Venezuela fait face à une sévère crise économique, politique et sociale. L’accès des populations aux soins de santé, aux infrastructures sanitaires et à la nourriture a fortement diminué, et les besoins humanitaires sont considérables. Au moins 3,4 millions de Vénézuéliens ont fui à travers le monde, dont 2,7 millions vers les pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Parmi eux, plus d’un million de personnes se trouvent en Colombie. 

Soutien psychologique et réadaptation

Depuis avril 2019, HI mène des activités de soutien psychologique pour les Vénézuéliens dans le centre de transit de Maicao, à la frontière avec le Vénézuela. 
En collaboration avec les ONG DRC (Danish Refugge Council) et Pastoral Social (Caritas Colombie), HI fournit également des soins de réadaptation destinés aux plus vulnérables (personnes handicapées, âgées, indigènes, etc.), apporte un soutien technique (formations, etc.) aux organisations de réadaptation locales, et organise des activités de cohésion sociale entre Colombiens et Vénézuéliens afin de favoriser une entente pacifique entre les différentes communautés. 

Dans les grandes villes

HI a aussi démarré une intervention d’urgence à Medellín, deuxième plus grande ville de Colombie, en collaboration avec la Mairie de Medellín. HI apporte un soutien à plus de 1000 personnes provenant du Venezuela : un appui psychologique (sessions individuelles et collectives), et un appui dans leurs démarches juridiques nécessaires pour accéder aux services de base (soins de santé, etc.). L’association organise aussi des activités sportives et culturelles afin de renforcer la cohésion sociale et l’insertion socioculturelle des Vénézuéliens à Medellín.
HI va également intervenir en faveur des Vénézuéliens à Bogota (la capitale) et Baranquilla (côte Atlantique).

Vénézuéliens au Pérou

Par ailleurs, HI a mené une mission d’évaluation des besoins humanitaires des Vénézuéliens qui ont fui vers le Pérou et envisage de mener le même type d’intervention qu’en Colombie. 
 

Published on: 7 octobre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.