Goto main content
 
 

Notre soutien aux Marocains suite au séisme

Urgence
Maroc

Un séisme de magnitude 6,8 a secoué le Maroc dans la nuit du 8 au 9 septembre 2023. Présents dans le royaume depuis 30 ans, nous nous mobilisons aux côtés de nos partenaires marocains pour venir en aide aux victimes.

Une femme est assise sur les décombres de bâtiments détruits, à la suite du tremblement de terre dans le village d'Imi N'Tala, près d'Amizmiz.

Prise de vue d'un douar, situé à Amizmiz dans la province d'Al Haouz, touché par le séisme qui a frappé le Maroc le 8 septembre 2023. Nous évaluons les besoins post-séisme. | © M. Itouhar / HI

Notre organisation aux côtés des acteurs locaux pour aider les victimes

Mobilisées dès les premiers instants, les associations et autorités marocaines réalisent un travail considérable pour organiser la réponse d’urgence et l’aide aux victimes du séisme.  
Présents depuis 1993 au Maroc, nous avons mobilisé nos équipes et travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires pour recueillir leurs besoins et définir le cadre d’une réponse adaptée et complémentaire au travail colossal déjà mené par les acteurs locaux. 

Dans un premier temps, notre association va contribuer à la distribution de biens de première nécessité (produits d’hygiène, tentes, aides à la mobilité, etc.). Dès que possible, nous souhaitons aussi apporter notre soutien aux acteurs marocains, qui interviennent auprès des personnes blessées et traumatisées, nécessitant notamment des soins de réadaptation et un accompagnement psychologique. À la suite d’un séisme les besoins en réadaptation sont immenses : si les personnes blessées ne sont pas prises en charge de manière appropriée, leurs blessures peuvent s’aggraver ou se transformer en handicap permanent.

« Nous nous attendons à un important besoin en réadaptation », déclare Céline Abric. « Par ailleurs, les rescapés situés dans les zones où le séisme a été dévastateur, en particulier les femmes et les populations vulnérables comme les enfants, les personnes âgées ou handicapées, ont subi des traumatismes importants et auront besoin d’un accompagnement psychologique.»

Les populations dans les zones rurales fragilisées 

Ce séisme de magnitude 6,8, le plus puissant et dévastateur enregistré dans le pays selon les médias marocains, a frappé la province d’Al-Haouz dans la région du Haut-Atlas, au sud-ouest de Marrakech ainsi que les provinces de Chichaoua (région de Marrakech et de Taroudant) (région de Souss Massa). Plusieurs répliques sont survenues dans le pays les jours suivants ; bien qu’elles soient moins puissantes, ces secousses laissent les Marocains dans l’inquiétude.
Les premiers bilans humains font actuellement état de plus de 2900 personnes décédées et de plus de 5500 personnes blessées (chiffres rendus publics en France en date du 12 septembre à 17h). De nombreuses personnes sont encore coincées sous les décombres, certains villages restent inaccessibles à ce jour et le nombre de victimes peut encore évoluer, à mesure que les opérations de sauvetage et d’évacuation progressent. Des opérations rendues complexes du fait du manque d’accessibilité de ces zones montagneuses. 

« Les zones les plus affectées sont des régions assez reculées, où les infrastructures publiques sont peu présentes, ce qui rend plus difficile la coordination et l’acheminement de l’aide aux rescapés » explique Céline Abric, notre Country Manager du programme Maroc.

La réponse humanitaire devra s’organiser sur le long terme pour reconstruire ce qui a été détruit, et apporter le soutien nécessaire aux habitants afin qu’ils retrouvent une forme de stabilité matérielle et émotionnelle mais également afin de prendre en charge les séquelles physiques et psychologiques de cet évènement.


C’est pourquoi chaque don compte pour redonner espoir à ces populations qui ont perdu leurs proches et leur maison. Faites un don dès maintenant !

Published on: 13 septembre 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.