Goto main content
 
 

HI soutient les personnes handicapées et leurs aidants à faire face aux défis de la guerre

Mobilisation Stop Bombing Civilians
Libye

En Libye, dans la ville de Benghazi et ses environs, Handicap International (HI) fournit des soins en réadaptation physique et en soutien psychologique dans 5 centres de santé ainsi qu’aux domiciles des personnes handicapées.

La ville de Tawergha comptait autrefois 40 000 habitants. En 2011, la population a commencé à fuir les combats.

La ville de Tawergha comptait autrefois 40 000 habitants. En 2011, la population a commencé à fuir les combats. | © Till Mayer/HI

Aide à domicile

À Benghazi, HI a fourni des soins de réadaptation à 1'400 personnes depuis avril 2019, en accordant une attention particulière aux aidants à qui l'association apporte des conseils. C’est le cas de Ritaj, âgée de douze ans, qui souffre d'une maladie appelée hydrocéphalie et qui ne peut pas marcher. Sa tante s'occupe d'elle et se bat chaque jour pour faire face à toutes les difficultés de la vie dans un pays en guerre tout en étant la seule personne à prendre soin d'un enfant gravement handicapé.

Ritaj avait un vieux fauteuil roulant qui n'était plus adapté à ses besoins et qui avait provoqué une déformation au-dessus du bassin. HI lui a fourni un fauteuil tout neuf et une chaise-toilette ; cela a changé non seulement la vie quotidienne de Ritaj mais aussi celle de sa tante. HI leur a également donné quelques exercices simples de physiothérapie qui ont progressivement permis à Ritaj de se laver de manière plus autonome.

Les visites à domicile sont essentielles pour les femmes handicapées, car aucun centre de réadaptation ne dispose de services d'hospitalisation pour elles.

Insuffisance des services de réadaptation

Tous les établissements médicaux de la région de Benghazi sont débordés. HI travaille dans 5 centres de santé et de rééducation dans la ville et ses environs, dont le grand Centre médical de Benghazi. Ce centre, entièrement équipé mais en sous-effectif, reçoit des patients de toute la région de l'Est de la Libye : certaines personnes font de nombreux kilomètres pour s’y faire soigner. En raison du manque de places disponibles, les patients en réadaptation doivent être inscrits sur une liste d'attente pour recevoir un traitement.

En plus de fournir des soins, HI assure la formation du personnel médical – infirmiers et médecins – sur la manière de traiter et de déplacer un patient handicapé sans blesser ou provoquer de douleurs, sur l'utilisation d’appareils de pointe comme une appareil de radiographie à rayons X, par exemple.

À Benghazi, HI a dispensé des formations à 18 personnes dans 8 établissements médicaux.  

La population à bout de souffle

À Benghazi, les coupures d'électricité sont quotidiennes. Le prix des denrées alimentaires de base (huile de cuisson, riz, pâtes, etc.) a explosé ces dernières années. Le prix du pétrole a triplé en douze mois. Le nombre de retraits d'argent liquide est limité à quelques-uns par an. Enfin, toutes les écoles ont été fermées depuis mars dernier en raison de la Covid-19...

La population souffre au quotidien depuis des années du conflit et de ses conséquences sociales et économiques, en particulier les personnes déplacées par la violence : Benghazi accueille plusieurs milliers de personnes déplacées de Tawergha, Murziq, Tarhouna, Syrte, etc., qui surchargent les services sociaux et médicaux de la ville.

4 camps de déplacés sont situés dans et autour de la ville mais beaucoup d'autres vivent dans des maisons louées ou chez des proches.

Dans un contexte aussi complexe, de nombreuses personnes souffrent de stress, de dépression et d'anxiété. Les équipes de HI travaillent dans les camps de déplacés, fournissant des conseils et des soins en santé mentale aux personnes souffrant de troubles psychologiques graves.

Published on: 14 septembre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

La Suisse s’engage contre les bombardements urbains
(c) HI
Stop Bombing Civilians

La Suisse s’engage contre les bombardements urbains

Le 18 novembre aura lieu la Conférence de Dublin : les Etats adopteront un accord international qui améliorera considérablement la protection des civils contre les bombardements urbains. Nous félicitons la Suisse qui sera présente à ce rendez-vous et approuvera cet accord. Une victoire pour la société civile, pour notre organisation, sur ce combat que nous menons depuis quelques années.

"Je suis fière de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fière de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

À l’occasion de nos 40 ans, nous vous proposons de découvrir différents témoignages de nos collaborateurs à travers le monde ! Lisez ci-dessous le témoignage de Lamngueun qui a rejoint notre organisation en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience.