Goto main content
 
 

Les femmes handicapées sont près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles

Droit Prévention Santé
International

Ce 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Handicap International (HI) rappelle que plus d’une femme sur trois est exposée à des actes de violences (OMS, 2020). Les femmes handicapées sont encore plus vulnérables face à ces risques. Depuis 25 ans, nous menons des projets dans de nombreux pays afin de prévenir les actes de violence et d’assurer un soutien médical et psychologique auprès des victimes.

© John Wessels/HI

Dans le monde, 35%  des femmes et des filles sont exposées à des violences physiques, émotionnelles, économiques ou encore sexuelles de la part d’un partenaire intime ou d’une autre personne (OMS, 2020). Les femmes et les filles handicapées (en particulier les femmes avec un handicap mental) sont près de dix  fois plus exposées (UNFPA, 2018) aux violences sexuelles. Ces violences constituent une violation majeure des droits de la femme et des droits de l’Homme. Elles entrainent des problèmes de santé, des traumatismes psychologiques et des coûts sociaux et économiques élevés.

Etre femme et handicapée : une double discrimination

Etre une femme et être handicapée entraîne souvent une double discrimination en raison des nombreux stéréotypes sociaux et culturels. En effet, les femmes handicapées n’ont pas toujours le droit de gérer leur propre vie sexuelle et reproductive. En outre, elles sont souvent dépendantes d’autres adultes et sont ainsi plus exposées aux risques de violences sexuelles. Ces femmes victimes de violence vont ensuite plus difficilement demander un soutien - notamment par peur de représailles- et se retrouvent souvent exclues et isolées.  

HI se bat pour la dignité des femmes handicapées

Depuis plus de 25 ans nous intervenons dans plusieurs pays afin de sensibiliser les femmes handicapées aux risques de violences et de leur faire prendre conscience de leurs droits. Nous assurons également une prise en charge médicale, psychologique et juridique adaptée à ces victimes et nous collaborons aussi avec les gouvernements afin que les mesures de protection des droits des femmes soient renforcées, notamment en soutenant la ratification de conventions internationales.

Le projet Making it Work 

Nous collaborons avec des organisations de personnes handicapées et des organisations féministes. Nous cherchons ainsi à donner de la visibilité aux bonnes pratiques innovantes (formation de femmes, activités de sensibilisation, etc.) relatives à la protection des droits des femmes. Nous visons également à ce que les voix des femmes soient entendues et à ce que les risques qu’elles courent (violence, abus, exploitation) soient pris en compte dans les projets menés par de nombreuses organisations (humanitaires, liées à la défense des droits de l’homme,  actives dans la lutte contre les violences basées sur le genre). 

Violences sexistes et sexuelles en temps de Covid

La violence à l’égard des femmes a tendance à augmenter dans tous les types de situations d’urgence, y compris les épidémies. En dépit de la rareté des données disponibles, la Chine, le Royaume-Uni, les États-Unis d’Amérique et d’autres pays font état d’une augmentation des cas de violence domestique depuis le début de la flambée de Covid-19 (OMS, 2020).

Published on: 25 novembre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit Droit Événement

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit

Il y a 25 ans, l'adoption du traité d'interdiction des mines - dit traité d'Ottawa - a marqué une victoire diplomatique sans précédent contre cette arme des lâches. Le traité a entraîné une baisse du nombre de victimes, la destruction de millions de mines et laisse espérer la fin de leur utilisation. Depuis 2014, l'utilisation des mines a fait sa réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes. De nouveaux défis sont apparus, avec l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés et une contamination étendue dans les zones de guerre. Le 25e anniversaire du traité d'Ottawa est l'occasion d'exhorter les États à intensifier leurs efforts et à mettre un terme définitif à l'utilisation des mines antipersonnel.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.