Accès direct au contenu
 
 

Pas d'armes explosives lourdes dans les zones peuplées : cela devrait être la norme

Mines et autres armes
International

Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres appelle les États à conclure un accord international contre les souffrances humaines causées par les bombardements en zones peuplées.

Exemple de destruction lourde dans les rues d'Aden, au Yémen - octobre 2017.

Exemple de destruction lourde dans les rues d'Aden, au Yémen - octobre 2017. | © HI

Plus de 50 millions de personnes ont été affectées par des conflits dans des zones urbaines en 2020, indique le rapport. En Afghanistan, en Syrie, au Yémen..., l'utilisation des armes explosives en zones peuplées a eu des conséquences dévastatrices pour les civils.

Chaque année, le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, publie un rapport sur la protection des civils dans les zones de conflit. Il souligne les bombardements et les pilonnages en zones urbaines comme un problème majeur.

Pour un accord international

Dans son rapport, le Secrétaire général des Nations unies appelle les États à élaborer un accord international contre les souffrances humaines causées par les bombardements en zones peuplées. Depuis deux ans, dans le cadre d'un processus diplomatique international, les États, les organisations internationales et la société civile, dont nous, travaillent à la rédaction du texte d'un tel accord, dont la soumission pour approbation des États est espérée pour la fin de l'année.

Nous soutenons l'appel d'António Guterres qui a souligné une fois de plus dans son rapport qu'il devrait y avoir une présomption contre l'utilisation des armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées. Nous saluons également le fait que le secrétaire général encourage plus de transparence de la part des belligérants sur le recensement des victimes afin de contribuer à « faciliter la responsabilité, les réparations et la réconciliation ».

« Pas d’arme explosive à large rayon d’impact en zones peuplées devrait être la norme internationale » note Anne Héry, notre directrice plaidoyer.

Des conséquences humanitaires dramatiques

88% des personnes tuées et blessées par des armes explosives en zones peuplées sont des civils. Les personnes blessées risquent des handicaps à vie et de graves traumatismes psychologiques. Les infrastructures nécessaires aux services essentiels tels que la santé, l'eau, l'électricité et l'assainissement sont détruites...

En Syrie, par exemple, après 10 ans de guerre, au moins un tiers des maisons sont endommagées ou détruites. Les grandes villes comme Raqqa, Alep et Homs ont été en grande partie détruites par l'utilisation massive et intense d'armes explosives. 80% de la ville de Raqqa a été détruite en 2017.

A Gaza récemment, 230 bâtiments, ont été détruits. 48 établissements scolaires, six hôpitaux et onze centres de soins de santé primaires ont été endommagés. La compagnie de distribution d'électricité de Gaza (GEDCO), ainsi que les installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène ont été sévèrement touchées. (UNOCHA le 20 mai). Ces dommages auront un impact profond et à long terme sur les civils...

Quand les armes explosives sont utilisées dans les zones urbaines, 88% des victimes sont des civils. Bombarder des civils ce n'est pas la guerre, c'est un crime! Rejoignez notre combat contre les bombardements des civils en signant notre pétition.

Published on: 25 mai 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.