Goto main content
 
 

Rwanda : 25 ans après le génocide, « les traumatismes sont toujours palpables »

Événement
Rwanda

Le Rwanda entamera ce dimanche la commémoration du génocide des Tutsis, qui avait entraîné en 1994 la mort de plus de 800'000 personnes. Vingt-cinq ans plus tard, près d’une personne sur trois souffre de troubles de stress post-traumatiques. Présente depuis 1994 aux côtés des victimes, nous continuons d’accompagner les victimes directes et indirectes des violences.

Aujourd’hui, HI accompagne toujours les victimes directes et indirectes du génocide.

Aujourd’hui, HI accompagne toujours les victimes directes et indirectes du génocide | © Giles Duley/HI

Avril 1994, durant cent jours, plus de 800'000 personnes - hommes, femmes, enfants - ont été tuées au Rwanda, et de nombreuses autres ont été frappées, torturées. Une violence incompréhensible qui laisse encore des traces indélébiles, vingt-cinq ans plus tard. Aujourd’hui, environ 29% de la population, soit près d’une personne sur trois, souffrent toujours de troubles de stress post-traumatiques liés au génocide. Et plus d’une personne sur cinq est atteinte d’épisodes dépressifs.

Accompagner la période de commémorations

« Dans la vie courante, le traumatisme lié au génocide est enfui, refoulé. Durant cette période de commémoration, les souvenirs, les ressentis, les émotions, reviennent. Les victimes sont ‘au rendez-vous de la souffrance’. Pour certains, ‘ça s’écrase’. Les gens parlent, c’est très fort. Ils peuvent revivre des crises de panique, la perte de leurs proches... Les séquelles sont toujours présentes. Le soutien mutuel dans cette période des souffrances est essentiel, et le partage de ressentis, très libérateur. »

Chantal Umurungi, référente santé mentale et soutien psychosocial pour HI au Rwanda

Durant cette période de commémoration de trois mois, HI travaille avec les professionnels de la santé mentale (psychologues, etc.) en collaboration avec la Coordination nationale de santé mentale (Rwanda Biomedical Center – RBC). L’objectif est de préparer les interventions liées à la gestion des crises du trauma et d’accompagner les victimes du génocide sur les lieux de la commémoration.

Briser le cercle vicieux de la violence

HI s’attaque également aux conséquences indirectes du génocide :

« Ce qu’il s’est passé a eu un impact important au niveau de la santé mentale, qui entrainent d’autres effets indirects : consommation de drogues, pratiques sexuelles à risque, violences, conflits de couple, etc. Ce contexte appauvrit les familles et fragilise le lien social. En proposant cette approche de santé mentale communautaire, en permettant de partager les ressentis, en recréant du lien, HI veut briser le cercle vicieux de la violence et d’une santé mentale dégradée. »

Selon l’approche de santé mentale communautaire, l’association propose des groupes d’écoute et de partage, où les participants s’expriment et partagent leur traumatisme, en compagnie d’un psychologue ou d’un volontaire communautaire. Les groupes d’entraide leur permettent de mettre en place des projets économiques collectifs (élevage de bétail, petit magasin, etc.), de gagner en autonomie et en confiance en soi.

 

HI au Rwanda

HI a lancé son intervention au lendemain du génocide des Tutsis, en 1994, et a mené un premier projet de santé mentale en 1996, en apportant un soutien psychologique aux enfants ayant perdu leurs parents. Aujourd’hui, HI accompagne toujours les victimes directes et indirectes du génocide. Depuis 1996, l’association a proposé plus de 46'000 séances de soutien psychosocial à plus de 25'000 victimes directes de violence. En 2018, plus de 5'800 personnes ont participé à des activités de soutien psychosocial afin de se libérer de leurs traumatismes, notamment à Kigali (district de Gasabo), dans la province de l’Ouest (district de Rutsiro et de Rubavu).

 

Lire le communiqué de presse en PDF 

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit Droit Événement

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit

Il y a 25 ans, l'adoption du traité d'interdiction des mines - dit traité d'Ottawa - a marqué une victoire diplomatique sans précédent contre cette arme des lâches. Le traité a entraîné une baisse du nombre de victimes, la destruction de millions de mines et laisse espérer la fin de leur utilisation. Depuis 2014, l'utilisation des mines a fait sa réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes. De nouveaux défis sont apparus, avec l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés et une contamination étendue dans les zones de guerre. Le 25e anniversaire du traité d'Ottawa est l'occasion d'exhorter les États à intensifier leurs efforts et à mettre un terme définitif à l'utilisation des mines antipersonnel.

Un don pour Handicap International sur Shopdonation
© Adobe Stock
Événement

Un don pour Handicap International sur Shopdonation

Faire ses achats en ligne pour les fêtes en faisant un don ? C’est possible et gratuit grâce à ShopDonation ! 

La Genève internationale commémore avec Handicap International les 25 ans de Broken Chair
(C) HI
Événement

La Genève internationale commémore avec Handicap International les 25 ans de Broken Chair

Le 23 septembre 2022, Handicap International commémorait Broken Chair aux côtés de la Genève internationale. L’occasion de rappeler la genèse du monument et son symbole toujours d’actualité : incarnant aujourd’hui le cri désespéré, mais digne, des populations civiles massacrées par toutes les formes de violence armée, et l’obligation faite aux États de les protéger et de porter secours aux victimes. Notre président Christophe Wilhelm et notre vice-présidente Celine van Till, ont pris la parole avec Carolyne Mélanie Régimbal, Secrétaire générale adjointe de la Conférence du désarmement des Nations unies, Nathalie Fontanet, Conseillère d’État de la République et canton de Genève et Paul Vermeulen, premier directeur de Handicap International Suisse et initiateur de Broken Chair.