Goto main content
 
 

Se remettre debout dans un contexte de guerre

Réadaptation
Afghanistan

Sayed a été mutilé à 5 ans suite à l’explosion d’une mine artisanale. Ces pièges sont fréquemment utilisés en Afghanistan, un signe des tensions armées qui continuent de meurtrir le pays. Rapidement pris en charge par nos équipes après l’amputation de sa jambe gauche, Sayed retrouve progressivement son autonomie.

Sayed au centre de réadaptation que nous gérons à Kandahar, en Afghanistan.

Sayed au centre de réadaptation que nous gérons à Kandahar, en Afghanistan. | © Jaweed Tanveer / HI

Mohammad, le père de Sayed parle très peu de l’accident. Un jour, quand il était en route avec Sayed, le minibus qui les transportait a roulé sur une mine artisanale. Quatre passagers sont morts suite à l’explosion. Sayed, lui, a été blessé aux deux jambes, nécessitant une opération d’urgence sur place. La guérison de ses plaies ne s’est malheureusement pas passée comme prévu. Son état s’est aggravé à tel point qu’il a dû subir une amputation de sa jambe gauche pour avoir la vie sauve.

Une longue route vers l’autonomie


La famille du petit garçon est rapidement orientée vers le centre de réadaptation physique de Kandahar, géré par notre organisation. Ouvert depuis 1996, ce centre est l’une des structures de référence en Afghanistan pour la prise en charge des personnes handicapées.


Après l’accident, Mohammad et Sayed vont effectuer plusieurs fois la longue route de 250 km qui sépare leur village du centre. Malgré la fatigue du trajet, les progrès de Sayed sont constants.

« On a d’abord commencé par faire les premiers exercices pour stimuler Sayed, l’aider au renforcement de ses muscles et montrer à son père comment il pouvait l’aider » explique Mahmood, son physiothérapeute. « Il était très affaibli mais il a peu à peu commencé à se déplacer par lui-même avec un déambulateur que nous lui avons fourni. »

En route pour l’école

Il y a quelques années, Sayed a reçu sa première prothèse. Il continue sa rééducation avec l’aide de ses parents et revient régulièrement à Kandahar pour recevoir une nouvelle prothèse adaptée à sa croissance.

Une fois prête, Sayed l’essai dans la grande salle d’exercice du centre sous les yeux de son père. Quand on lui demande ce que la prothèse a changé dans sa vie, Sayed répond d’une voix timide :

« Je voulais juste rejouer avec mes amis, mes frères et mes sœurs, c’est ce que j’aime le plus. Avec cette jambe, je peux le faire. Ça me rend très heureux ! »

Devant la joie retrouvée de son fils, Mohammad a retrouvé confiance en l’avenir :

« Même si je suis le seul à travailler dans ma famille, même si nous n’avons pas beaucoup de moyens et que notre village est isolé, je veux que mes enfants grandissent et aient une vie meilleure. Avec l’aide reçue, Sayed va devenir autonome et prendre confiance en lui. Il peut déjà marcher sans notre aide et  pourra bientôt aller à l’école!  », conclut-il avec espoir.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école Inclusion Réadaptation

Sreyka a perdu sa jambe dans un accident en rentrant de l'école

Victime d’un chauffard, Sreyka a dû être amputée de la jambe gauche pour avoir la vie sauve. Nous lui avons fabriqué une prothèse, lui permet de retrouver son sourire et les bancs de l’école.

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

 « Je vais partout là où il y a besoin de moi pour les urgences »
© HI
Réadaptation Urgence

« Je vais partout là où il y a besoin de moi pour les urgences »

À l’occasion de nos 40 ans, nous vous proposons de découvrir différents témoignages de nos collaborateurs à travers le monde ! Rencontrez Virginie Duclos, 32 ans, cheffe de projet en réadaptation.  Elle nous partage son quotidien au travail.