Goto main content
 
 

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs

Mines et autres armes
International

Après onze ans de guerre et d'utilisation intensive d'armes explosives, jusqu'à 300'000 engins explosifs n'ont pas explosé en Syrie. Ces restes menacent une personne sur deux dans le pays, soit plus de 10 millions d’habitants. Tels sont les constat d'une étude menée par Handicap International en collaboration avec "Syria Mine Action Area of Responsibility".

Munitions dans une cour d'école suite à un affrontement dans une zone de conflit en Syrie.

Munitions dans une cour d'école suite à un affrontement dans une zone de conflit en Syrie. | © DR

Nous soulignons que le déminage des restes explosifs de guerre est la condition impérative pour la reconstruction du pays. Les donateurs doivent apporter un soutien considérable au déminage. En outre, la population civile doit être informée des risques, selon notre organisation. Nous appelons à une aide immédiate et concrète pour les survivants d'accidents avec des munitions non explosées, qui sont pour la plupart gravement blessés. Chaque jour, il se produit en moyenne 76 accidents avec des restes d'explosifs, soit un accident toutes les 20 minutes.

En coopération avec un groupement de 60 organisations spécialisées dans le déminage humanitaire, le rapport "Les engins explosifs en Syrie : Impact et nécessité d'agir" a été rédigé. Il met en évidence l'ampleur de l'exposition aux restes explosifs de guerre, leurs effets dévastateurs sur les populations et les infrastructures vitales, la nécessité d'une aide humanitaire ainsi que le travail indispensable des services de déminage humanitaires.

Autres conclusions de l'étude

  • La Syrie est le pays qui compte le plus grand nombre de victimes d'accidents liés à des restes explosifs de guerre dans le monde. La plupart des accidents se produisent dans le nord-ouest de la Syrie.
  • Toute la Syrie est contaminée par des restes de guerre non explosés. Il faudra des décennies pour déterminer l'ampleur de la contamination et pour que le pays soit sûr. Il en va de même pour les terres agricoles, ce qui freine l'économie locale et limite l'approvisionnement de la population. Le grand danger dans les zones urbaines empêche également les organisations humanitaires de prendre des mesures urgentes comme l'assainissement des maisons, des écoles et des centres de santé.
  • Entre 2013 et 2020, les Nations unies (United Nations Mine Action Service (UNMAS)) ont recensé un total de 12 345 victimes d'accidents liés aux restes de guerre, qui ont tué 4 389 personnes et en ont blessé 7 956 autres.
  • En 2022, le nord-ouest et le nord-est de la Syrie ont continué à subir d'importants bombardements et tirs d'obus. S'y ajoutent des attaques de missiles et de drones également dans le reste du pays, l'utilisation d'engins explosifs improvisés sur des véhicules ainsi que d'armes légères et de petit calibre.
  • La contamination est incroyablement variée et massive, car toute la gamme des armes explosives a été utilisée en Syrie : engins explosifs artisanaux, mines terrestres, bombes d'aviation, mortiers, etc.

Méthodologie

Le rapport « Explosive ordnance in Syria: impact and required action » s'appuie sur les données disponibles provenant d'un ensemble de sources, notamment les rapports sur les victimes, les enquêtes d'impact sur les communautés, les évaluations multisectorielles des besoins coordonnées par les Nations Unies, les enquêtes des ONG, ainsi que les analyses du personnel humanitaire sur le terrain et des personnes touchées. Cette étude a reposé sur une collaboration avec plus de 20 organisations internationales humanitaires, dont 9 se concentrent sur l'action humanitaire contre les mines, entre août 2021 et mars 2022.

Téléchargez le rapport complet (PDF, en anglais uniquement) - Résumé en français (PDF)

Published on: 18 mai 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.