Accès direct au contenu
 
 

Notre soutien après l'éruption volcanique à Goma

Urgence
République démocratique du Congo

Suite à l'éruption du volcan Nyiragongo près de Goma dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, nous venons en aide aux populations déplacées.

La photo montre le volcan Nyiragongo à Goma

Volcan Nyiragongo à Goma | © J. De Beaucorps / HI

L’éruption du volcan Nyiragongo qui a eu lieu le 22 mai dernier, a entrainé le déplacement de plus de 416'000 personnes dans dix zones principales du Nord et du Sud-Kivu ainsi qu’au Rwanda. Cette éruption a été suivie par des centaines de séismes, plongeant les habitants de Goma dans un climat de panique et d’angoisse. 

Ayant quitté ou perdu leur domicile et leurs biens, des milliers de familles se retrouvent aujourd’hui complètement démunies, sans activité économique, dans des conditions sanitaires très difficiles, dans une région où la situation humanitaire était déjà alarmante (présence de nombreux groupes armés, insécurité alimentaire, etc.). Manque d’accès à l’eau potable et aux infrastructures sanitaires, insécurité alimentaire, risques de choléra et épidémie Covid-19 : les besoins des populations affectées sont immenses. 

Nous sommes présents en République Démocratique du Congo depuis 1995, nous interviennons actuellement afin d’aider les plus vulnérables au Nord-Kivu. Nous coordonnons une flotte de camions mise à disposition des organisations humanitaires (plateforme logistique), afin d’acheminer le matériel humanitaire auprès des personnes qui en ont besoin.

De plus, face à ce climat anxiogène (éruption volcanique, nouvelles secousses, déplacements de populations, etc.), nous nous préparons à apporter un soutien psychosocial aux personnes affectées par la catastrophe.

Nous envisagons aussi de distribuer des kits comprenant des articles essentiels (bâches, couvertures, casseroles, savons, etc.) aux personnes qui en auront besoin dans les prochaines semaines pour faciliter leur retour.

Deux semaines après la première éruption volcanique, les séismes ralentissent dans la ville de Goma et les populations déplacées commencent à revenir. Mais certains quartiers ont été fortement affectés (habitations détruites, canalisations coupées, etc.). Et selon l’office de Volcanologie de Goma, une nouvelle éruption du volcan est encore possible.

Published on: 4 juin 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.