Goto main content
 
 

2,6 millions de personnes ont urgemment besoin d’aide humanitaire au Nord-Kivu

Réadaptation Santé Urgence
République démocratique du Congo

Face à l’escalade de la violence et à l’insécurité au Nord-Kivu, les besoins humanitaires des populations croissent de jour en jour. Nous déployons des activités pour apporter une aide d’urgence.

Une file de camion affichant les logo de HI et de l'UE avancent sur une route. Sur les bas-côtés, de nombreuses personnes en moto ou à pieds transportant des paquet ou regardant passer les camions.

Transport de biens humanitaires vers le territoire de Rutshuru, 14 février 2024 | © HI

Les civils, premières victimes des affrontements

Fin 2023, la République Démocratique du Congo enregistrait déjà près de 7 millions de personnes déplacées internes sur son territoire (1). Or, depuis novembre 2023, les combats entre les Forces armées de la République démocratique du Congo et les combattants du Mouvement du 23 Mars (M23) se sont encore intensifiés, prenant des proportions catastrophiques.

L’utilisation d’artillerie lourde et de mortiers dans des zones densément peuplées, comme en périphérie de la ville de Goma, a causé de très lourds dégâts. Les infrastructures civiles, comme les hôpitaux, les écoles ou les camps de personnes déplacées, sont directement ciblées et des centaines de personnes ont déjà perdu la vie au cours de ces affrontements. Prises au piège des violences et de l’insécurité, près de 215’000 de personnes se sont déplacées depuis le début de l’année pour échapper aux exactions, rejoignant les 500’000 personnes déjà déplacées dans les zones autour de Goma (2). Aujourd’hui, 2,6 millions de personnes ont ainsi besoin d’aide humanitaire au Nord-Kivu (3).

Dans ce contexte, les besoins humanitaires sont critiques au sein de populations qui n’ont plus ni abri, ni source de revenus, ni accès aux soins. Or, la violence des conflits sur les principaux axes routiers restreint considérablement l’accès aux personnes déplacées et empêche le déploiement de l’aide humanitaire.

« Certains axes sont régulièrement bloqués par les affrontements entre groupes armés, ce qui entrave l’accès humanitaire et isole les populations civiles d’un soutien qui leur est vital. Des centaines de milliers de personnes ont urgemment besoin d’eau, de nourriture, de médicaments et de soins,  » déclare Olivier Terzolo, notre directeur pays en RDC

Apporter une aide humanitaire urgente

Camp de déplacés internes de Zaina, Sake, Nord-Kivu. Face à ce déchaînement de violence, nous avons dû interrompre certaines de nos activités à Mweso et à Sake, pour évacuer nos équipes et les mettre en sûreté. Toutefois, notre organisation continue de proposer des activités de réadaptation couplées à un soutien en santé mentale, des activités déployées dans différents sites de déplacés accueillant des centaines de milliers de personnes autour de la ville de Goma.

Par ailleurs, forte de notre expérience et de notre expertise logistique en RDC, nous continuons nos opérations de livraison de biens humanitaires au service d’autres ONG, pour contribuer à l’acheminement d’une aide indispensable à la survie des populations déplacées au Nord-Kivu. Ainsi, entre octobre 2023 et février 2024, plus de 500 tonnes de matériel et de biens humanitaires ont été transportées par notre organisation dans 70 camions, soit plus de 4200 km parcours ce matériel était à destination de 12 ONG, opérant dans 10 zones du Nord-Kivu.


(1) : Article OIM

(2) : Communiqué de presse ReliefWeb

(3) : DRC HRP 2024

Published on: 20 mars 2024
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe
© M. Itouhar / HI
Réadaptation Urgence

Séisme au Maroc : focus sur la réadaptation après la catastrophe

Nous apportons une aide en réadaptation aux victimes du séisme ayant frappé le pays en septembre, à travers la mise en place d’unités mobiles médicales appelées « caravanes ».

Srey Neang : une prothèse pour aller à l’école
© Stephen Rae / HI
Réadaptation Santé

Srey Neang : une prothèse pour aller à l’école

Srey Neang a été amputée de la jambe après avoir été blessée dans l’explosion d’un engin explosif, alors qu’elle avait 4 ans. Nous avons appareillé la petite fille qui peut désormais se rendre chaque jour à l’école à vélo et rêve de devenir médecin. 

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”
© S. Sulaiman / HQ
Urgence

“Le nombre de personnes handicapées augmentera de manière significative”

Maria Marelli, notre physiothérapeute et spécialiste de la petite enfance basée à Genève, était récemment à Rafah pour évaluer la situation. Pourtant forte d'une longue expérience de terrain, elle a été ébranlée par ce qu'elle a vu sur place : elle nous décrit une crise humanitaire catastrophique où les besoins essentiels (eau, nourriture, abris) ne sont plus accessibles.