Accès direct au contenu
 
 

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin

Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians Urgence
Yémen

La guerre au Yémen provoque la plus grande crise humanitaire au monde. Le niveau de destruction des infrastructures par les bombardements et les tirs massifs dans les zones peuplées, ainsi que la contamination par les engins explosifs sont des défis énormes à relever. Sur place depuis 2015, nous interpellons les Etats contre les conséquences effrayantes à long terme des armes explosives utilisées dans les zones peuplées. Ils doivent soutenir le projet d'accord international actuellement en cours de négociation.

Un bénéficiaire de HI au centre de physiothérapie et de prothèses de Sana’a

Un bénéficiaire de HI au centre de physiothérapie et de prothèses de Sana’a | © ISNA agency / HI

« Près de 70% de la population (20 millions de personnes) a besoin d'une aide humanitaire, 16 millions sont en situation d'insécurité alimentaire et 3,6 millions de personnes sont déplacées. Le niveau de destruction est stupéfiant. Les ONG font face à d'importantes contraintes sécuritaires et administratives qui réduisent considérablement leur champ d'action. L'aide humanitaire est largement sous-financée, puisque seuls 50% des 3,8 milliards USD requis par les Nations unies sont à ce jour réunis. Les Etats doivent soutenir l'aide humanitaire vitale au Yémen et continuer à faire pression sur les parties au conflit pour qu'elles lèvent les obstacles qui entravent l'accés et l'intervention humanitaire et veillent à la protection des civils », déclare Daniel Suda-Lang, directeur de Handicap International (HI) Suisse.

Environ 233’000 personnes sont mortes à cause du conflit, victimes des bombardements et du manque de services de santé, d'eau potable et de nourritures. Les installations sanitaires, les systèmes d'approvisionnement en eau et les routes ayant été largement détruits par les bombardements. On rapporte plus de 20’000 civils, victimes directes des hostilités depuis 2015.

Le conflit s'est intensifié en 2020. À la fin octobre, on comptait 47 lignes de front, contre 33 en janvier. Ces dernières semaines, de violents combats ont eu lieu à Marib, forçant des milliers de personnes à fuir et se réfugier dans des camps surpeuplés, en manque d’abri, de protection, de nourriture, d'eau, d'hygiène et d’accès aux soins.

HI au Yémen

Nous sommes présents dans 9 centres de santé dans les gouvernorats de Sana'a, Amanat al Asimah, Hajjah, Aden Lahj et Taiz, et accueille des patients de tout le pays. Depuis le début de ses opérations en 2015, au moins 30’000 personnes ont été prises en charge. Plus de 3’000 d'entre elles (chiffre de dèc. 2019) ont été victimes d'armes explosives.

Nous notons une proportion importante et inédite de victimes de mines terrestres et de restes explosifs de guerre : 850 victimes (chiffre de dèc. 2019) ont été prises en charge par l'association en 5 ans.

35’000 béquilles, déambulateurs ou fauteuils roulants ont été fournis et près de 23’000 personnes ont bénéficié d'un soutien psychologique. Nous avons équipé 520 personnes de prothèses et d'orthèses grâce à sa collaboration avec le centre de physiothérapie et de prothèses de Sana'a. Plus de 800 agents de santé yéménites de Sana'a et d'autres gouvernorats ont été sensibilisés et formés à la réponse précoce aux traumatismes.

Déclaration politique contre l'usage des armes explosives en zones peuplées : protéger les civils des bombardements

À ce jour, plus de 70 États, dont la Suisse, ont participé à la rédaction d’une déclaration politique internationale contre l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Le projet en est à sa phase finale de négociation. Après une interruption d'un an, liée à la Covid-19, le processus diplomatique a repris la semaine dernière. L'accord international devrait être proposé aux États pour approbation à l'été 2021.

Published on: 26 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.