Goto main content
 
 

Bolivie : notre engagement contre la violence envers les femmes

Droit
Bolivie et Pays andins

La violence contre les femmes est un problème international, avec des conséquences dévastatrices pour les plus vulnérables. En Bolivie, nous agissons pour réduire les risques et protéger les femmes handicapées. 

Une participante prend la parole lors d'une session de formation HI conçue pour donner aux femmes les moyens de lutter contre la violence sexiste en Bolivie, 2021.

Une participante prend la parole lors d'une session de formation HI conçue pour donner aux femmes les moyens de lutter contre la violence sexiste en Bolivie, 2021. | ©L. PEREIRA /HI

Des taux de violence plus élevés pour les femmes handicapées

Une femme sur trois subit des violences physiques ou sexuelles au cours de sa vie. D'autres facteurs de vulnérabilité tels que l'inégalité, la pauvreté, la crise et le handicap augmentent encore le risque de violence pour les femmes et les filles dans le monde entier. 

Souvent ciblées en raison de leur mobilité réduite, de leur dépendance à l'égard d'autrui ou d'obstacles à la dénonciation des abus, les femmes et les filles handicapées subissent des taux de violence nettement plus élevés que les personnes non handicapées. Elles sont également soumises à des abus pendant de plus longues périodes, avec moins de ressources disponibles.  

La violence basée sur le genre en Bolivie

La Bolivie ne fait pas exception à cette épidémie. Le pays compte le plus grand nombre de grossesses chez les adolescentes en Amérique latine, souvent liées à des cas d'abus sexuels. 52,3 % des femmes déclarent avoir subi des violences physiques ou sexuelles de la part d'un partenaire intime, mais seulement 1 % de tous les cas de violence contre les femmes font l'objet de poursuites et de condamnations. 

En Bolivie, les femmes handicapées sont dix fois plus vulnérables aux violences sexuelles que les femmes non handicapées. Sept femmes handicapées sur dix déclarent avoir subi des violences au sein de leur famille, et la moitié d'entre elles ont déclaré avoir été victimes de violences sexuelles. On estime que seul un faible pourcentage des cas est signalé, étant donné que de nombreuses femmes et filles handicapées sont en situation de dépendance. 

Protéger et autonomiser les femmes

Parmi nos projets en Bolivie, nous abordons la question avec une approche inclusive pour prévenir la violence contre les femmes. Aux côtés du Centre de promotion des femmes Gregoria Apaza et de l'Institut de recherche socio-économique de l'Université catholique San Pablo, nous nous efforçons de faire en sorte que les femmes handicapées et non handicapées puissent exiger, défendre et exercer leurs droits. 

Nous nous attaquons aux facteurs qui amplifient la vulnérabilité à la violence : 

  • Éduquer les femmes et les filles sur leur santé sexuelle et reproductive. Nous avons développé et publié des guides et du matériel accessibles et inclusifs pour les femmes, les filles et les soignants de différentes capacités. 
  • Renforcer la résilience financière. Nous nous efforçons d'améliorer l'accès inclusif à la formation et au placement professionnel pour permettre aux femmes handicapées d'acquérir une indépendance et une autonomie financières.
  • Promouvoir les droits des femmes. Nous développons du matériel et des formations pour sensibiliser au droit des femmes à vivre sans violence et à accéder à une éducation complète. 
  • Renforcer les ressources communautaires pour la prévention de la violence et les soins. Nous nous efforçons d'inclure les besoins et la participation des femmes vulnérables, y compris les femmes handicapées, dans les plans d'intervention. Nous identifions et partageons les ressources accessibles en matière de violence basée sur le genre. 

Formation des promoteurs  

Les femmes participent à des sessions de formation en tant que promotrices communautaires afin d'acquérir les connaissances et la confiance pour exercer leurs droits. 
Une participante a raconté que son rôle de responsable d'un groupe local de femmes l'avait amenée à subir des violences domestiques chez elle. Après avoir signalé son cas aux autorités, elle a dit que la participation à l'une de ces sessions lui a permis de se sentir « en sécurité et satisfaite" de sa décision de dénoncer son agresseur.


 

Published on: 8 décembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yemen : "Les personnes handicapées ont peur de sortir de chez elles"
© ISNA Agency l HI
Droit Mines et autres armes

Yemen : "Les personnes handicapées ont peur de sortir de chez elles"

La situation des personnes handicapées au Yémen est désespérée. Difficultés à fuir les violences, à accéder à l'aide... Yasmine Daelman, responsable plaidoyer, explique la situation.

Reiza Dejito, mère et humanitaire engagée pour HI au Népal
© PBDN
Droit Urgence

Reiza Dejito, mère et humanitaire engagée pour HI au Népal

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, voici le portrait de Reiza Dejito, engagée pour HI depuis 20 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires.

Les femmes handicapées sont près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles
© John Wessels/HI
Droit Prévention Santé

Les femmes handicapées sont près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles

Ce 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Handicap International (HI) rappelle que plus d’une femme sur trois est exposée à des actes de violences (OMS, 2020). Les femmes handicapées sont encore plus vulnérables face à ces risques. Depuis 25 ans, nous menons des projets dans de nombreux pays afin de prévenir les actes de violence et d’assurer un soutien médical et psychologique auprès des victimes.