Goto main content
 
 

Bombardements des civils : 4’500 parlementaires interpellés par HI

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
International

HI interpelle 4'500 parlementaires contre les bombardements en zones peuplées, pratique devenue quasi systématique dans les conflits actuels qui tue et blesse à 92 % des civils. Les décideurs politiques doivent s’engager pour y mettre fin. Pour cela, l’association appelle les parlementaires de huit pays à prendre position contre ce fléau en signant la pétition ‘Stop Bombing Civilians’ et à faire pression sur leurs gouvernements afin qu’ils s’engagent pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Abdel, victime civile d'un bombardement à Mossoul a dû être amputé de la jambe

Abdel, victime civile d'un bombardement à Mossoul a dû être amputé de la jambe | © William Daniels / HI

Cette campagne d’interpellation est menée par HI depuis le 1er septembre dans huit pays : l’Allemagne, la Belgique, le Canada, les Etats-Unis, la France, le Luxembourg, le Royaume-Uni et la Suisse. L’association cherche à faire prendre conscience aux hommes politiques du désastre humanitaire posé par l’utilisation des armes explosives en peuplées. 

En Suisse

La campagne cherche à obtenir l’appui des conseillers dans ce combat historique pour inciter le gouvernement à être à l’avant-garde de la protection des civils de l’impact des armes explosives. Elle les invite également à exprimer leur soutien par la signature de la pétition « Stop Bombing Civilians ».

La Suisse est un membre actif d’un groupe de 12 Etats qui travaille depuis quelques années à l’élaboration d’une déclaration politique visant à mettre fin à l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Un processus officiellement soutenu par le Secrétaire Général de l’ONU. HI invite le gouvernement suisse à s’engager plus fermement pour la protection des civils et à avoir une position claire dans la lutte contre le bombardement des civils en zones urbaines. 

« Avec 92 % de victimes civiles, on ne peut pas parler de dommages collatéraux. Les bombardements et les pilonnages, pratique devenue quasi systématique dans les conflits actuels, tuent et blessent presque exclusivement les civils : des hommes, des femmes, des enfants qui n’ont rien à voir avec les combats et qui devraient être protégés des effets de la guerre. A travers cette campagne d’interpellation des parlementaires, nous espérons sensibiliser la classe politique, susciter une prise de conscience et des débats publics, ainsi qu’inciter les politiques à prendre position et à trouver des solutions politiques à ce fléau. »

Petra Schroeter, directrice de HI Suisse

Les bombardements en zones urbaines

Les conflits actuels se déroulent de plus en plus en milieu urbain et l’utilisation des armes explosives est devenue quasi systématique. Les bombardements en zones peuplées ont des conséquences désastreuses pour les civils : morts, blessures invalidantes, traumatismes psychologiques, déplacements forcés de population, destruction d’infrastructures vitales comme des hôpitaux et des écoles, zones contaminées par les restes explosifs de guerres, etc.

A titre d’exemple, plus de 800'000 personnes ont dû fuir les bombardements lors de l’offensive militaire sur la ville irakienne de Mossoul, entre octobre 2016 et juillet 2017. On estime que les restes explosifs contaminent plus de 8 millions de tonnes de gravats, entravant le retour des populations et la reconstruction de la ville, maintenant lourdement détruite. En Syrie, des villes comme Kobané, Rakka, Homs ont été dévastées par l’utilisation intensive des armes explosives. Des dizaines d’années seront nécessaires pour leur décontamination et leur reconstruction.

92 % des victimes des bombardements en zones peuplées, des villes principalement, sont des civils. C’est inacceptable. Les Etats doivent reconnaître le problème humanitaire posé par l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Ils doivent s’engager à trouver des solutions politiques pour mettre fin à cette pratique et faire en sorte que les civils soient protégés des effets de la guerre, comme l’exige le droit international humanitaire. 

La campagne « Stop bombing civilians »

 

HI mène depuis 2016 une campagne internationale pour dire « stop aux bombardements des civils ». L’association se donne pour objectif de réunir 1 million de signatures et de les remettre aux Nations unies. HI œuvre au sein de la coalition INEW (International Network on Explosive Weapons) à inciter les Etats à s’engager à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. 

Plus d’informations ici 

Lire le communiqué de presse en format PDF

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Broken Chair a 25 ans !
© Basile Barbey / HI
Événement Mobilisation Stop Bombing Civilians

Broken Chair a 25 ans !

Le 18 août 1997, nous installions Broken Chair sur la place des Nations dans le but d’appeler tous les Etats à signer en décembre 1997 à Ottawa, la Convention d’interdiction des mines antipersonnel. 25 ans plus tard, Broken Chair continue d’incarner le cri désespéré mais figne des populations civiles massacrées par toutes les formes de violences armées, et l’obligation faite aux Etats de les protéger.

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.