Accès direct au contenu
 
 

Bombardements des civils : la Suisse devrait s’engager plus !

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Suisse

Du 3 au 5 mars, les Etats se réunissent en ligne pour discuter des termes de l’accord international contre les bombardements en zones peuplées. Nous dénoncons la décision de la Suisse de privilégier les activités militaires au détriment des populations civiles et l’invite à revenir sur sa position.

Immeubles détruits dans la vieille ville de Mossoul Ouest

Immeubles détruits dans la vieille ville de Mossoul Ouest | © Waleed Khaled / HI

Après des mois d'interruption à cause de la Covid-19, les négociations diplomatiques sur l'élaboration d'un accord international contre les bombardements en zones peuplées ont repris. Le projet d'accord international en est au stade final des négociations entre les États, les agences des Nations unies, les organisations internationales et la société civile. Un dernier cycle de négociations devrait avoir lieu à Genève au printemps. La déclaration politique internationale sera ensuite proposée aux États pour approbation lors d'une conférence qui aura lieu plus tard dans l'année.

La Suisse sous-estime le danger  

La Suisse est membre du groupe pilote qui travaille sur cette déclaration. Forte de sa tradition humanitaire et dépositaire des Conventions de Genève, le gouvernement suisse doit jouer un rôle de leader pour faire aboutir le processus visant à protéger les civils dans les zones de guerre et à fournir une assistance aux victimes. 

Entre 2019 et 2020, nous avons invité les Suissesses et les Suisses à interpeller leurs Conseillers nationaux via une plateforme web pour les sensibiliser à l’urgence d’agir. L’appel a été entendu car l’organisation a travaillé conjointement avec des parlementaires de la Commission de politique extérieure du Conseil national. En session de juin 2020, leur motion est passée très près d'obtenir la majorité. L’un des différends-clés est que la Suisse doit plaider pour « éviter l'utilisation d'armes explosives » dans des zones peuplées, au lieu de seulement encourager à « restreindre l'utilisation » de ce type d'armes. 

Nous, le CICR et d'autres ONG soutiennent la demande d'éviter l'utilisation d'armes explosives ; une formule qui est aussi appuyée par le Secrétaire général des Nations unies. Malheureusement, cette question a été archivée dans les annales du parlement (Question 20.5421). 

« Il est inacceptable que le Conseil fédéral privilégie les activités militaires au détriment des victimes civiles qui sont de plus en plus nombreuses dans les conflits modernes. En Irak, en Syrie, au Yémen et récemment dans le Haut-Karabakh, nous sommes les témoins des conséquences dévastatrices pour les civils dans les villes qui ont subi des tapis de bombes. Nous avons gagné le combat contre les mines antipersonnel (1999) et les armes à sous-munitions (2008), nous avons maintenant une chance historique pour dire clairement STOP aux bombardements urbains. La Suisse doit reconnaître les souffrances humaines indiscriminées causées par les bombardements en zones peuplées et leurs effets durables. Elle doit protéger les civils », déclare Daniel Suda-Lang, directeur de Handicap International Suisse.

Published on: 2 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité Inclusion

Rétrospective 2022 - Merci pour votre générosité

En 2022, nous avons fêté nos 40 ans d'engagement auprès des plus vulnérables. 2022, c'est aussi les 25 ans de la signature du Traité contre les mines et de l'obtention du prix Nobel de la paix. Le combat pour la protection des civils continue avec la signature de la Déclaration politique contre le bombardement des civils. Nos équipes ont aussi fait face aux urgences humanitaires aux côtés des victimes : en Ukraine, au Pakistan suite aux inondations exceptionnelles et à Madagascar face à l'extrême sècheresse. En 2022, grâce à vous, plus de 3 millions de personnes ont bénéficié de nos programmes dans près de 60 pays.

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit Droit Événement

25 ans du traité d’Ottawa : La lutte contre les mines antipersonnel se poursuit

Il y a 25 ans, l'adoption du traité d'interdiction des mines - dit traité d'Ottawa - a marqué une victoire diplomatique sans précédent contre cette arme des lâches. Le traité a entraîné une baisse du nombre de victimes, la destruction de millions de mines et laisse espérer la fin de leur utilisation. Depuis 2014, l'utilisation des mines a fait sa réapparition dans les conflits, avec une augmentation conséquente du nombre de victimes. De nouveaux défis sont apparus, avec l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés et une contamination étendue dans les zones de guerre. Le 25e anniversaire du traité d'Ottawa est l'occasion d'exhorter les États à intensifier leurs efforts et à mettre un terme définitif à l'utilisation des mines antipersonnel.