Goto main content
 
 

«Si j’étais resté dans mon abri, je serais mort aujourd’hui »

Urgence
Bangladesh

Le cyclone Mocha a frappé le Bangladesh et la Birmanie ce dimanche 14 mai. Nos équipes évaluent actuellement l’étendue des dégâts et les besoins dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar. 

Homme assit sur une chaise avec une canne à la main

Abdur, réfugié Rohingya, a tout perdu lors du passage du cyclone Mocha | ©HI 2023

Abdur, réfugié Rohingya de 57 ans, partiellement paralysé suite à un AVC, ne réalise toujours pas ce qu’il s’est passé ce dimanche. Quelques heures avant que le super cyclone ne s’abatte sur les collines de Cox’s Bazar, nos équipes lui ont proposé de l’évacuer dans un lieu où il serait plus en sécurité. Il a pu revenir sur les lieux après le passage de Mocha, son abri a été totalement détruit : 

« J’ai tout perdu, je dois me déplacer en béquilles. Si j’étais resté dans mon abri, je serais mort aujourd’hui. Je ne sais pas comment je vais pouvoir me nourrir, ou me déplacer dans les camps, je suis bloqué ici ». 

Face à la détresse d’Abdur, nos équipes lui ont assuré qu’elles lui apporteraient tout le soutien nécessaire, et que son abri pourrait être reconstruit. Nous avons permis de mettre à l’abri près de 600 bénéficiaires, parmi lesquels 112 personnes handicapées. Selon les autorités bangladaises, ce sont près de 200’000 personnes qui ont dû fuir leurs abris avant l’arrivée du super cyclone. 
Certains réfugiés n’ont pas voulu quitter leurs abris de fortune, par crainte de ne jamais retrouver leur « chez eux ». Rajesh Chandra, Directeur de Programme de HI au Bangladesh explique ce qui a permis d’éviter le pire : 

« Jusqu’au dernier moment nos équipes ont délivré des messages de prévention pour expliquer aux personnes où se mettre en sécurité lors du passage du cyclone. Cette bonne préparation et coordination entre les différents acteurs nous a sans aucun doute permis de sauver la vie de nombreuses personnes. Nous nous sommes préparés à un cauchemar mais heureusement Mocha a dévié sa trajectoire avant de frapper nos côtes, la vitesse des vents s’est abaissée à moins de 100km/h et a davantage épargné les camps de réfugiés ». 

L'heure est maintenant à l’évaluation des besoins. Nos équipes sont mobilisées à Cox’s Bazar afin d’évaluer l’étendue des dégâts et les besoins de nos bénéficiaires que ce soit en termes de support psycho-social, de services de réadaptation ou pour les orienter vers des services pour les aider à réparer leurs abris, en priorisant les personnes handicapées. 

Au sein des 26 camps à Cox’s Bazar où nous sommes présents : 

  • Au moins 21’000 personnes ont été directement impactées par le cyclone Mocha, bien que ce chiffre risque d’évoluer dans les prochaines heures. 
  • 3900 abris ont été partiellement endommagés par des chutes d’arbres, des dégâts sur leurs toitures…
  • 306 abris ont été totalement détruits. 
  • Aucune disparition ou décès n’est à déplorer. 
Published on: 12 mai 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Notre soutien aux Marocains suite au séisme
© Bulent Kilic / AFP
Urgence

Notre soutien aux Marocains suite au séisme

Un séisme de magnitude 6,8 a secoué le Maroc dans la nuit du 8 au 9 septembre 2023. Présents dans le royaume depuis 30 ans, nous nous mobilisons aux côtés de nos partenaires marocains pour venir en aide aux victimes.

« Avec cette prothèse, je me sens enfin moi ! »
© Abdun Noor / HI
Réadaptation

« Avec cette prothèse, je me sens enfin moi ! »

Blessé par balles lorsqu’il a fui vers le Bangladesh, Jubair, réfugié rohingya de 12 ans, n’espérait qu’une chose : pouvoir jouer au football sur ses deux jambes. C’est chose faite !

Le cyclone Mocha pourrait toucher le plus grand camp de refugiés au Bangladesh
© Cyclocane.com
Urgence

Le cyclone Mocha pourrait toucher le plus grand camp de refugiés au Bangladesh

Mocha devrait frapper le Bangladesh et le Myanmar le dimanche 14 mai. Les inquiétudes sont très fortes concernant les camps de réfugiés de Cox's Bazar, où vivent un million de Rohingyas.