Goto main content
 
 

Guerre Arménie-Azerbaïdjan : HI évalue les besoins des déplacés

Mobilisation Stop Bombing Civilians Urgence
International

HI évalue les besoins humanitaires des personnes touchés par le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui a provoqué d’importants déplacements de population. 

Caucase du Sud

Caucase du Sud | ©Google Maps

Fanny Mraz, directrice des opérations d’urgence chez HI, explique la mission que lance l’association pour évaluer les besoins humanitaires : 

Que fait HI ? 

HI lance une mission d’évaluation des besoins humanitaires des personnes victimes du conflit notamment dans les domaines du soutien psychologique, de la réadaptation physique et de l’accès aux biens de première nécessité.

Quels sont les conséquences du conflit pour les civils ? 

Selon des sources fiables, au moins 300 soldats et 50 civils ont été tués depuis le début du conflit. Environ 75'000 personnes seraient déplacées, ce qui représente la moitié de la population du Haut-Karabakh. 90% des déplacés seraient des femmes et des enfants. De nombreux enfants seraient encore au cœur des combats. Les gens se cachent dans des caves. Ils sont terrorisés. 

Quelle est précisément la situation dans le Haut-Karabakh, zone disputée entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ? 

Le 27 septembre, des combats ont éclaté entre les deux armées régulières de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan qui s’affrontent dans une guerre de territoire. La zone de combat s'est rapidement étendue : des bombardements massifs ont eu lieu dans des zones urbaines telles que Stepanakert, la plus grande ville du Haut-Karabakh (55'000 habitants) et Ganja, la deuxième ville azérie (350'000 habitants) située 100 km plus à l'est. Des bombes à sous-munitions, armes que HI a fait interdire en 2008 avec le Traité d’Oslo, ont été utilisées dans le bombardement de Stepanakert

Si le conflit continue de s’intensifier, les conséquences humanitaires sur les civils risquent d’être désastreuses !

Interpellez vos Conseillers et Conseillères nationaux

Published on: 16 octobre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.