Accès direct au contenu
 
 

Haïti : nous aidons les nombreuses victimes

Urgence
Haïti

Nous avons mobilisé nos équipes après le violent tremblement de terre en Haïti qui a fait à ce jour plus de 1’200 morts, des milliers de blessés et détruit de nombreuses infrastructures. Notre organisation s'occupe en priorité des blessés qui ont subi fractures ou amputations. Comme lors du tremblement de terre de 2010, les plus vulnérables - notamment les personnes handicapées, les enfants et les personnes âgées - sont les plus touchés. 

 Anissa de l'équipe HI, area manager intervention d'urgence après le séisme du 14 aout 2021, Les Cayes, Haiti.

Anissa de l'équipe HI, area manager intervention d'urgence après le séisme du 14 aout 2021, Les Cayes, Haiti. | © Rawley Crews / HI

Nos équipes présentes sur place décrivent une situation similaire au séisme de 2010. Elles travaillent en étroite collaboration avec les autorités locales pour identifier les besoins les plus urgents et les possibilités d'action. Des équipes d'urgence supplémentaires de l’organisation ont été activées et seront envoyées en renfort dès que possible. Elles se préparent à faire face à des dégâts de grande ampleur, à un nombre important de blessés graves nécessitant des soins d'urgence, mais aussi à des besoins de moyen et long termes en matière de soins de réadaptation physique et de soutien psychosocial.

Après le tremblement de terre dévastateur de 2010 et l'ouragan Matthew en 2016, le peuple haïtien est confronté à une nouvelle catastrophe sur fond de troubles sociaux et de pandémie de Covid-19. Un avis de tempête tropicale est également en vigueur. A l’heure actuelle, les hôpitaux du Sud-Est sont débordés par le flux de blessés et dans ce genre de situation le risque d’infection à cause du manque d’équipes médicales et d’équipements médicaux est très élevé.

Sibille Bühlmann, notre spécialiste en réadaptation explique que la priorité pour HI est d’assurer la rééducation des blessés qui ont subi une opération chirurgicale.

« Le risque pour les personnes avec des fractures qui ne se font pas opérer, ou mal opérer c’est d’avoir des séquelles invalidantes. La rééducation est essentielle. Les habitants d’Haïti ont presque tous un travail manuel. La mobilité physique est quasi-vitale pour avoir un revenu à apporter à la famille. »

Depuis 2010, HI est un acteur majeur de la rééducation en Haïti. Notre organisation a permis de structurer les services de rééducation nationaux qui étaient quasi-inexistants il y a dix ans.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.