Goto main content
 
 

Haïti 6 mois après le séisme

Urgence
Haïti

Six mois après le violent séisme qui a frappé Haïti le 14 août 2021, de nombreuses personnes ont encore besoin d'aide. Nous traitons les blessés dont les jambes ont dû être amputées ou qui souffrent encore de fractures ou de plaies ouvertes. De nombreuses victimes du tremblement de terre ont également besoin d'un soutien psychosocial face à la dévastation et au désespoir.

Jonas, 33 ans amputé suite au tremblement terre

Jonas, 33 ans amputé suite au tremblement terre | © GH.ROUZIER/ HI

Le séisme du 14 août 2021 a frappé les régions du sud-ouest d'Haïti avec une magnitude de 7,2. Au moins 2’248 personnes sont mortes et plus de 12’200 ont été blessées. En outre, près de 140’000 bâtiments ont été endommagés ou détruits. Environ 650’000 personnes ont depuis besoin d'une aide humanitaire.

"La plupart des personnes que nous traitons souffrent de fractures, d'amputations ou de plaies ouvertes. Beaucoup ont besoin d'un traitement physiothérapeutique pendant des mois", explique Pierre-Marie Wagon, notre chef de projet pour l'aide d'urgence en Haïti.

Désespoir et tristesse

"Le tremblement de terre a provoqué du désespoir, du deuil et des changements profonds dans les familles et les communautés", explique Woodson Alix, notre responsable pour la santé mentale et le soutien psychosocial en Haïti. "Beaucoup ont besoin d'une prise en charge individuelle. Nous voulons également renforcer durablement la capacité de résistance des personnes concernées",poursuit Alix.

Pour cela, nous avons mis en place, en collaboration avec des équipes locales, différents services de santé mentale dans des centres de santé et dans une clinique mobile. De plus, nos spécialistes forment le personnel de santé local aux premiers secours psychologiques et organisent des groupes d'entraide. Il est également important de faire prendre conscience de l'importance de la santé mentale. Selon Alix, ce sont surtout les personnes handicapées, les personnes âgées, les malades chroniques et les mères célibataires qui ont souvent besoin d'un soutien à long terme.

Renforcer les systèmes communautaires

L'un des principaux objectifs de cette intervention est de soutenir et de renforcer les capacités des organisations locales qui interviennent déjà et qui continueront à travailler sur place longtemps après l'urgence. Pour aider à renforcer ces structures, nous avons fourni des équipements, un soutien administratif et organise des formations pour le personnel de santé, portant notamment sur l'utilisation d'appareils fonctionnels, les services de réadaptation précoce, l'amputation, la télé-réhabilitation et l'identification des handicaps. Nous proposons également des sessions hebdomadaires de collaboration pour discuter des soins les plus adaptés aux cas compliqués dans chaque structure de santé.

 

Published on: 15 février 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.