Goto main content
 
 

Haïti: Handicap International se prépare à intervenir à l’approche de l’ouragan Matthew

Urgence
Haïti

Face à la menace de l’ouragan Matthew, qui devrait toucher Haïti ce matin 4 octobre, les équipes de Handicap International se préparent à venir en aide aux victimes d’une éventuelle catastrophe.

L’ouragan Matthew

L’ouragan Matthew | © NOAA

L’ouragan Matthew, classé en catégorie 4 sur l’échelle Saffir-Simpson qui compte 5 échelon, risque d’affecter des milliers de personnes. Avec des vents pouvant atteindre 259 km/h, cet ouragan pourrait entrainer de fortes pluies, des inondations et des glissements de terrain en Haïti, et en particulier dans la péninsule sud du pays, où près d’un millier de personnes ont déjà été évacuées par les autorités dimanche soir.

"Personnes blessées, destruction des maisons, pertes de productions agricoles, routes endommagées : un ouragan entraine généralement de graves conséquences pour les populations les plus vulnérables, notamment celles qui vivent dans des habitations sommaires et dans des secteurs isolés. Nous avons pris des mesures pour mettre nos équipes à l’abri d’une éventuelle catastrophe, et préserver nos capacités d’intervention pour être en mesure d’apporter un soutien aux personnes victimes de cet ouragan. Nos équipes présentes en Europe sont également mobilisées pour pouvoir déployer, si nécessaire, des personnels urgentistes en renfort", explique Jean-François Michel, responsable des opérations de Handicap International pour Haïti.

Faites un don maintenant pour aider les populations en détresse.

Informer les plus vulnérables

Handicap International mène depuis plusieurs années des projets de réduction des risques de catastrophes naturelles, en lien avec la Direction de la protection civile, dans de nombreux départements du pays. L’objectif est d’aider les personnes les plus fragiles à se préparer à la survenue d’une catastrophe et à s’en protéger.

Handicap International en Haïti

Présente en Haïti depuis 2008, Handicap International était intervenue auprès de dizaines de milliers de victimes du tremblement de terre de janvier 2010.

Published on: 3 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.