Goto main content
 
 

Soutien aux communautés oubliées dans les bidonvilles de Beira

Urgence
Mozambique

Mozambique: des milliers d’habitants de Beira vivent dans la pauvreté dans des bidonvilles surpeuplés. Leurs abris de fortune n’ont pas résisté à la force du cyclone Idai. Handicap International (HI) coordonne les efforts de déblayage et de reconstruction pour ces communautés très durement touchées.

Lucia devant les restes de sa maison, détruite par le cyclone Idai

Lucia devant les restes de sa maison, détruite par le cyclone Idai | © C.Briade / HI

Les bidonvilles ont été en grande partie détruits

Claude Briade, de HI, s’est rendu dans certains des quartiers les plus pauvres de Beira juste après le passage du cyclone :

« Logements délabrés, mauvaise hygiène, infrastructures de santé inadaptées, pauvreté... En temps "normal", la vie est extrêmement rude dans ces ruelles tortueuses. Ce qui avait réussi à émerger malgré toute cette pauvreté a été complètement ravagé par le cyclone Idai. »

Pas d'abri et menace de maladie

Pour Lucia, une mère célibataire de 38 ans qui élève 5 enfants, les conséquences du cyclone ont été désastreuses. Photographiée devant les restes de la maison familiale plusieurs jours après le passage du cyclone, elle avait réussi à sauver quelques possessions des décombres : des vêtements, un bâche, un seau... Mais son problème était désormais de garder les enfants au sec dans une maison sans toit et de les protéger des maladies. Depuis, le choléra est apparu dans des quartiers comme celui de Lucia, avec près de 5 000 cas confirmés.

Déblaiement des débris

C’est pourquoi le travail de déblayage et de reconstruction de HI est essentiel. HI fournit des camions et du matériel pour déblayer 10 des bidonvilles de Beira. Les habitants sont mis à contribution pour ramasser les débris et nettoyer les rues, ce qui réduit le risque de propagation des maladies et permet l’accès des travailleurs humanitaires.

Les habitants locaux enlèvent les débris au Beira, Mozambique © P.Pillon / HI

HI reconstruit des maisons

HI distribuera également 2 500 kits de reparation d'abri dans ces quartiers pour aider les gens à reconstruire leurs habitations détruites.

« HI s’engage à venir en aide aux victimes les plus vulnérables du cyclone : les orphelins, les enfants souffrant de maladie chronique, les personnes handicapées, les personnes âgées isolées », explique Claude. « Beaucoup de ces personnes extrêmement vulnérables se retrouvent dans les bidonvilles oubliés de Beira. »

Published on: 23 avril 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.