Goto main content
 
 

Indonésie : HI aide les victimes du séisme et tsunami

Réadaptation Urgence
Indonésie

Suite au séisme et au tsunami qui ont frappé la province de Sulawesi en Indonésie, le 28 septembre, HI soutient aujourd’hui les personnes affectées, en collaboration avec l’association IFI.

Des physiothérapeutes se rendent dans les zones de Sigi, Palu et Donggala afin d'identifier les personnes qui ont besoin de séances de réadaptation

Des physiothérapeutes se rendent dans les zones de Sigi, Palu et Donggala afin d'identifier les personnes qui ont besoin de séances de réadaptation | © HI

Le 28 septembre, l’Indonésie a été touchée par un séisme, suivi d’un tsunami, qui ont causé la mort de plus de 2 000 personnes et blessé plus de 4 000 personnes. Plus de 68 000 maisons ont été détruites ou endommagées, et plus de 200 000 personnes ont été déplacées. HI aide aujourd’hui les victimes de la catastrophe, en collaboration avec l’association partenaire Ikatan Fisioterapi Indonesia (IFI)[1] .

200 000 personnes ont toujours besoin d’aide

« Deux mois après le séisme, la situation est toujours très difficile pour de nombreuses victimes de la catastrophe. »

« Des milliers de personnes, qui ont perdu leur maison, vivent toujours dans des abris temporaires, composés de bâches, ou dorment sous tentes. 200 000 personnes ont urgemment besoin d’avoir accès à un abri, aux soins de santé et aux soins de rééducation, ainsi qu’aux installations sanitaires. De nombreuses personnes qui ont été blessées à la moelle épinière, à la tête, ou ont été amputées n’ont pas encore reçu les traitements appropriés. Une de nos priorités est d’assurer des soins de réadaptation auprès des victimes afin d’éviter l’apparition de handicaps sur le long terme ».

Cheria Noezar, coordinatrice opérationnelle pour HI en Indonésie

Des soins de réadaptation d’urgence

Le 24 et 25 novembre, une formation a été organisée, en collaboration avec l’association IFI, à Makassar City. Sudan Rimal, expert en réadaptation pour HI au Népal, a enseigné à dix physiothérapeutes de cette association la prise en charge des victimes suite à une urgence : comment masser un moignon, comment accompagner une victime traumatisée, etc. Suite à cette formation, les physiothérapeutes se rendent dans les zones de Donggala, de Sigi et de Palu [2]. Ils vont prodiguer des soins de réadaptation à au moins 900 personnes blessées et enseigneront les gestes essentiels aux membres de la famille.

Permettre aux plus fragiles d’être aidés

HI et IFI identifient également les personnes les plus fragiles en se rendant à leur domicile, et les renvoient auprès d’autres associations partenaires [3] afin qu’elles puissent bénéficier d’autres services (éducation, soins de santé, etc.).

« De nombreuses personnes handicapées ne connaissent pas leurs droits à Palu. Leurs besoins sont trop souvent ignorés et pas suffisamment pris en compte. Nous rencontrons notamment beaucoup de personnes qui ont des blessures sévères (fractures, etc.) suite au séisme, mais qui n’ont pas cherché d’aide car cela n’était pas considéré comme une priorité par leur entourage. La prise en compte de leurs besoins est une des priorités pour HI »

Cheria Noezar


[1] IFI est une association indonésienne de physiothérapeutes. HI collabore aussi avec Difagana

[2] villages de Kabonga Besar, Loli Oge, Labuan and Labuan Bajo), Sigi (Pasaku, Pombewe, Sidera, and Bobo) et de Palu City (Lolu etTondo)

[3] CBM, ASB, etc.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.