Goto main content
 
 

Joe Biden adopte une nouvelle politique sur les mines antipersonnel drastiquement contraignante

Mines et autres armes Prévention Stop Bombing Civilians
International

L'administration Biden a annoncé l’adoption d’une nouvelle politique sur les mines antipersonnel drastiquement contraignante, interdisant au Département de la Défense de développer, d'utiliser ou de transférer des mines antipersonnel. En vertu de cette nouvelle politique, les États-Unis détruiront également tous leurs stocks de mines. Handicap International salue l’initiative américaine, qui annule la décision prise par le président Donald Trump en 2020 d’autoriser l’utilisation de mines. L’association appelle néanmoins les Etats-Unis à rejoindre le Traité d’Ottawa interdisant ces armes, et adopté par 164 Etats. 

Action de HI en 2020 pour dire non à la décision du président Donald Trump de réintroduire les mines

Action de HI en 2020 pour dire non à la décision du président Donald Trump de réintroduire les mines | Basile Barbey / HI

L'administration Biden a annoncé hier une nouvelle politique sur les mines antipersonnel, qui s’aligne sur les contraintes édictées par le Traité d’Ottawa interdisant les mines, adopté par 164 Etats. Les Etats-Unis a toutefois précisé que cette nouvelle politique ne concernait pas la péninsule coréenne. Les Etats Unis s’engagent à ne pas utiliser, développer, produire ou acquérir, exporter ou transférer des mines antipersonnel. Ils s’engagent également à ne pas aider, encourager ou inciter quiconque à s'engager dans une activité qui serait interdite par la Convention d'Ottawa. Ils se disent prêts à détruire tous les stocks de mines antipersonnel (qui ne sont pas nécessaires à la défense de la République de Corée).

L’administration Biden a également reconnu les avancées humanitaires majeures permises par le Traité d’Ottawa qui a largement contribué à faire diminuer le nombre de personnes tuées ou blessés par ces armes. Selon la déclaration publiée hier par la Maison Blanche, « la nouvelle politique annoncée aujourd'hui [mardi 22 juin, 2022] représente une étape supplémentaire pour faire avancer les objectifs humanitaires de la Convention d'Ottawa et pour rapprocher la pratique américaine d'un mouvement humanitaire mondial qui a eu un impact positif démontré dans la réduction des pertes civiles dues aux mines antipersonnel. »

La décision américaine était très attendue puisqu’elle correspond à un engagement pris par Joe Biden lorsqu’il était en campagne électorale. Elle vient annuler la politique mise en place par l’administration Trump en 2020 (qui inversait elle-même la politique de 2014 du président Obama). Ce revirement avait choqué les défenseurs de la cause, tant aux États-Unis qu'à l'échelle internationale. La politique de Donald Trump donnait effectivement aux États-Unis la possibilité de reprendre l'utilisation et le stockage des mines antipersonnel.

Handicap International salue cette nouvelle politique. « Les civils peuvent respirer un peu mieux aujourd'hui, car le chef de l'une des plus grandes armées du monde vient de promettre d'éviter toute utilisation future de ces armes en dehors de la péninsule coréenne, témoigne Anne Héry, Directrice du plaidoyer et des relations institutionnelles
Nous nous félicitons évidemment de cette étape. Mais des organisations comme la nôtre ne seront satisfaites que lorsque les États-Unis auront adhéré au traité d'interdiction des mines. »

La politique américaine en matière de mines antipersonnel a toujours été un grand paradoxe. Bien que les États-Unis aient participé au processus d'Ottawa qui a abouti au traité d'interdiction des mines de 1997, aucun président n'a jamais pris l'initiative d'adhérer au traité. Les administrations ont affirmé que les mines antipersonnel étaient nécessaires pour que les forces américaines puissent mener à bien des guerres terrestres. Cependant, les États-Unis n'utilisent plus de mines antipersonnel depuis 1991, ne les exportent plus depuis 1992, n'en produisent plus depuis 1997 et ont, entre-temps, détruit des millions de mines stockées. Le gouvernement américain finance largement les actions menées par des organisations humanitaires - y compris Handicap International - pour neutraliser ces armes des zones autrefois en proie à des conflits, afin que les civils puissent vivre, travailler et jouer sans crainte.

« Le dernier changement de politique a rapproché les États-Unis du Traité d'interdiction des mines de 1997, mais l'administration s'arrête toujours avant la ligne d'arrivée, déclare Anne Héry. Le fait que les États-Unis s'abstiennent d'utiliser ou de commercialiser des mines antipersonnel depuis près de 30 ans, et qu'ils soient comptés comme le bailleur de fonds le plus généreux de la communauté mondiale pour le déminage, mais qu'ils ne veulent toujours pas adhérer au traité, est une bizarrerie ironique et historique. Cette grande contradiction laisse des milliers de vies en danger. »

Les États-Unis sont l'un des rares pays qui n'ont pas encore adhéré au Traité d'interdiction des mines de 1997, rejoignant ainsi des pays comme la Chine, l'Égypte, l'Inde, Israël, le Pakistan et la Russie. Le traité compte 164 États parties, ce qui fait de l'interdiction des mines antipersonnel une norme quasi-universelle du droit humanitaire international.

Les mines antipersonnel sont des dispositifs activés par le mouvement qui ne peuvent pas distinguer le pas d'un enfant de celui d'un soldat. En 2020, les mines ont tué ou blessé plus de 7'000 personnes – 80% de ces victimes étaient des civils, dont la moitié étaient des enfants. Plus récemment, la communauté mondiale ainsi que les États-Unis ont condamné l'utilisation de mines antipersonnel dans la guerre en Ukraine.

Published on: 24 juin 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.