Goto main content
 
 

Le Mozambique frappé par un second cyclone

Urgence
Mozambique

Six semaines seulement après le passage du cyclone Idai sur le centre du pays, le Mozambique vient d’être touché par un nouveau cyclone qui a frappé le nord du pays dans la nuit de jeudi à vendredi. 

Une maison à Beira endommagée par l'ouragan Idai le 14 mars dernier

Une maison à Beira endommagée par l'ouragan Idai le 14 mars dernier | © C.Briade / HI

Ce vendredi, l’ampleur des dégâts n’était pas encore connue

Le cyclone Kenneth a engendré des vents de plus de 180km/h et des pluies torrentielles sur la côte nord-est du Mozambique jeudi soir. Ce vendredi, la situation précise des dommages causés par les vents violents et les pluies torrentielles n’était pas encore connue. Les équipes de HI, qui interviennent aujourd’hui auprès des populations vulnérables sinistrées de Beira (centre du pays), pourraient mener une mission d’évaluation dans le nord du pays. 

« Nous sommes alarmés par les premiers rapports provenant de la région. Ces dernières semaines, nous avons été témoins des difficultés extrêmes auxquelles sont confrontées les victimes du cyclone Idai, qui ont perdu leurs maisons, leurs biens et leurs récoltes. On peut s’inquiéter que dans un pays déjà fragilisé par plusieurs catastrophes avec des moyens limités pour y répondre, il puisse y avoir encore davantage de victimes à aider. » 

Marco Tamburro, Directeur de programme HI, Mozambique

Prévision de fortes pluies et d'inondations

Ces conditions climatiques extrêmes pourraient perdurer encore quelques jours dans ces régions, ce qui aurait pour conséquences des inondations majeures. Et les crues viendraient alors détruire de vastes étendues de terres agricoles, alors que le pays a déjà été fragilisé par les inondations précédentes et la perte de récoltes.

Published on: 26 avril 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.