Goto main content
 
 

Les victimes de l'explosion à Beyrouth ont besoin de l'aide de HI

Urgence
Liban

Les scènes de dévastation qui ont suivi une énorme explosion à Beyrouth ne laissent aucun doute quant aux besoins immédiats et urgents des plus de 5’000 personnes blessées. L'équipe d'experts de Handicap International (HI) déjà basée dans le pays est prête à venir en aide aux personnes dans le besoin.

Beyrouth, Liban, 5 août: les passants portent des masques et circulent entre les voitures endommagées après une violente explosion. Elle a touché la capitale libanaise ce mardi 4 août tuant 80 personnes et blessant près de 4 000

Beyrouth, Liban, 5 août: les passants portent des masques et circulent entre les voitures endommagées après une violente explosion. Elle a touché la capitale libanaise ce mardi 4 août tuant 80 personnes et blessant près de 4 000 | © Mikhail Alaeddin / Sputnik /AFP PHOTO

Notre chef de mission, Caroline Duconseille, se trouvait sur un toit-terrasse au moment de l'explosion :

"J'ai senti le bâtiment trembler légèrement. Puis nous avons entendu la première explosion avec de la fumée blanche, suivie de peu par une énorme déflagration et beaucoup de fumée orange. Les chaises se sont mises à voler partout et tout le verre du bâtiment d'en face a volé en éclats. C'était terrifiant !"

Nos bureaux, dans le quartier d’Achrafieh à Beyrouth, se situent à 2 km du lieu de l'explosion et ont été lourdement endommagés, tout comme les maisons de plusieurs membres de notre équipe. Heureusement, personne n'a été gravement blessé.

"Une fois que j'ai vérifié que toute mon équipe était en sécurité, nous avons commencé à visiter les hôpitaux et les partenaires pour comprendre les besoins des blessés. HI a un rôle important à jouer dans les jours à venir pour réduire l'impact de cette catastrophe".

Nous disposons d'une équipe de 98 personnes au Liban ainsi que d'un réseau de partenaires, qui vont dès maintenant être mobilisés pour apporter notre expertise et nos ressources à ceux qui en ont besoin. Les évaluations d'urgence que nous avons mené dans les hôpitaux de Beyrouth révèlent que les blessures les plus courantes sont les fractures complexes et les amputations des extrémités (doigts, orteils). Beaucoup ont déjà subi une opération et auront rapidement besoin de soins de réadaptation physique et d'aides à la mobilité pour commencer à se rétablir.

C'est maintenant que nous avons besoin de vous, soutenez notre action au Liban en faisant un don !

Published on: 6 août 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.