Goto main content
 
 

Maître-chien démineur, une passion

Mines et autres armes
Sénégal

« Ce n’est pas un métier qu’on peut exercer sans passion ». Voilà la première chose que nous dit Jonathan Matambo, le maître-chien démineur qui a rejoint en septembre dernier l’équipe de déminage de Handicap International en Casamance, au Sénégal. A 33 ans, il partage sa vie entre sa famille restée à Harare, au Zimbabwe, et ses deux chiens détecteurs d’explosifs, Katja et Rex. 

Jonathan Matambo

Jonathan Matambo | (c) J-J. Bernard / Handicap International

Jonathan amène Katja, une femelle berger malinois de 9 ans, devant l’espace d’entraînement. Les gestes sont précis. Pause devant le ruban de délimitation, geste du bras appelant le chien à se tenir prêt. Puis Jonathan donne le départ. Katja renifle consciencieusement le rectangle de terre d’environ 20 mètres carrés. Elle est l’un des deux chiens détecteurs d’explosifs de l’équipe de déminage de Handicap International en Casamance.

Jonathan ne la quitte pas des yeux: « Il est très important que Katja passe par le plateau de test chaque matin avant d’aller sur le terrain à déminer, explique-t-il. Cela me permet de vérifier sa condition physique, sa concentration, et si aucun élément extérieur ne la gêne, comme le vent ou un bruit au loin ».

Les chiens détecteurs d’explosifs sont utilisés pour leur capacité à identifier des engins explosifs présents dans un sol également pollué par d’autres pièces de métal, à repérer des types de mines que ne détectent pas les détecteurs de métaux, et pour leur capacité à couvrir rapidement de larges zones. Ils préparent le terrain avant le déminage manuel.

Jonathan avait vingt ans quand il a commencé à travailler comme démineur: « Ce que je recherchais, c’est un métier dans l’humanitaire, avec des défis, où on mouille sa chemise et on aide les autres ». En 2007, après quatre années de déminage manuel, il profite d’une formation pour devenir maître-chien démineur: « J’aime les chiens. Il y en a toujours eu dans ma famille. J’ai récemment acheté un chiot à mes trois enfants. Ils en sont fous. J’ai ainsi la chance de combiner deux choses que j’aime dans la vie : le déminage et la compagnie des chiens. Katja et Rex sont comme une deuxième famille lorsque je suis loin des miens ».

« Ma relation avec les chiens est un peu fusionnelle mais elle doit rester professionnelle, précise-t-il. Ce ne sont pas des animaux de compagnie. C’est pour cela que je ne les habitue pas à venir dans la maison. A travers une relation trop familière, je risquerais de perdre mon autorité. La discipline dans le travail en pâtirait, la qualité de leur concentration et de notre coopération également ».

En savoir plus sur Katja, chien démineur.

Jonathan a rejoint l’équipe de déminage de Handicap International au Sénégal pour contribuer à déminer plusieurs abords de villages en Casamance, soit 55 000 mètres carrés pour 60 000 villageois. Avant cette mission, il avait déjà travaillé pour l’association en République Démocratique du Congo en 2013.

Jonathan Matambo

Published on: 27 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs
© Sara Goldberg / HI
Mines et autres armes Mobilisation

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays le plus pollué au monde par des restes explosifs

Le 27 janvier 2023 marque le 50ème anniversaire des accords de Paix de Paris, qui ont scellé la fin de l'engagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam. Entre 1964 et 1973, son voisin, le Laos, a été régulièrement bombardé par les avions militaires américains. Le Laos reste encore aujourd’hui le pays le plus pollué au monde par les armes à sous-munitions. Chaque jour, les civils de plus de 10’000 villages courent le risque d'être tués ou blessés par des restes d'explosifs. Depuis 1983, nous soutenons les victimes de restes explosifs.

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes
© G. Lordet / HI.
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Succès : 83 États approuvent l’accord international contre les bombardements sur les villes

83 États, dont la Suisse, ont adopté le 18 novembre 2022 à Dublin l’accord international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Pour notre organisation, c'est une reconnaissance du lourd tribut des bombardements payés par les civils. Les États doivent commencer à travailler immédiatement à la mise en œuvre effective de leurs engagements.

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive
© HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : 5'544 victimes en 2021 dont 75% de civils, un nombre toujours élevé pour la septième année consécutive

Le rapport 2022 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre élevé de victimes causées par les mines pour la septième année consécutive. Du 21 au 25 novembre 2022 aura lieu à Genève la 20ème conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines avec les Etats parties qui se sont fixés l’objectif de parvenir à un monde sans mines d’ici 2025. Notre organisation, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à user de leur influence diplomatique pour pousser les États qui ne sont pas parties au Traité à cesser d'utiliser cette arme aveugle.