Goto main content
 
 

Nom: Katja. Profession: détecteur d’explosifs

Mines et autres armes
Sénégal

À neuf ans, Katja pourrait faire figure de vétéran. Pourtant, cette femelle berger malinois a une énergie et un enthousiasme pour son travail chaque jour renouvelé. Avec un palmarès impressionnant sur de nombreux terrains d’intervention en Afrique: Kenya, Soudan du Sud, République démocratique du Congo, etc. Des dizaines d’engins explosifs ont été détectés par son odorat hors pair. 

Katja

Katja | © J-J. Bernard / Handicap International

Après une heure de route pour arriver au terrain à déminer, à Diagnon, elle fait savoir qu’elle veut sortir et bouger. Elle jappe et se tourne dans sa cage. « Elle est un peu fofolle, nous dit son maître, Jonathan Matambo. Katja est une chienne très active, incroyablement compétente. Malgré son âge, elle sera encore en mission pour de nombreuses années. »

Les chiens détecteurs d’explosifs sont autrement plus rapides et efficaces que des démineurs munis de détecteurs de métaux. Leur odorat repère la poudre. Ils sont fort utiles pour détecter des mines qui ne contiennent pas de métal - que les détecteurs ne signalent pas - ou pour intervenir sur des terrains contenant beaucoup de résidus métalliques.

On voit tout de suite que Katja est un chien vif, dynamique, qui a besoin de se dépenser. « Elle adore jouer, continue Jonathan. Après le travail, c’est la meilleure récompense pour elle. Lui lancer la balle, etc. Elle aime que je m’occupe d’elle, que je la brosse, que je la promène. Elle rouspète un peu quand je m’éloigne ou quand je ne suis pas assez attentif à son goût. »

Un peu jalouse de son maître qu’elle voudrait pour elle toute seule, Katja ne fait pas forcément ami-ami avec le premier venu. Mais quand elle s’est familiarisée à de nouvelles présences, elle peut vraiment être affectueuse.

Pendant le travail, Madame n’aime pas être dérangée. Elle peut facilement être distraite. C’est là que joue toute la vigilance du maître-chien. Mais une fois lancée, elle est inlassable et rien ne lui échappe!

À la maison, Katja et son collègue berger allemand Rex vivent chacun dans leur enclos, en dehors de la maison de Jonathan: « Je ne les fais jamais rentrer dans la maison, ce ne sont pas des animaux de compagnie. Ils doivent comprendre que nous avons des relations de travail. »

Katja

Published on: 27 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."
© HI
Mines et autres armes Mobilisation

"Je suis fier de contribuer à la résolution du problème de la contamination au Laos."

Lamngueun a rejoint HI en 2006 comme experte en neutralisation des explosifs (EOD). Aujourd'hui, elle dirige une équipe de déminage de huit personnes. Elle raconte son expérience :

40 ans d’engagement Inclusion Mines et autres armes Réadaptation

40 ans d’engagement

Handicap International est née le 19 juillet 1982, dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Notre première opération est lancée pour faire face à l’injustice que vivent des milliers de civils mutilés par l’explosion de mines antipersonnel. 40 années plus tard, notre organisation compte plus de 5’000 collaborateurs qui agissent pour un monde solidaire et inclusif dans une soixantaine de pays. 40 années d’engagement pour accompagner les personnes handicapées, promouvoir le respect de leur dignité et défendre leurs droits fondamentaux.

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions
© T. Mayer / HI
Mines et autres armes

689 civils victimes d’attaques aux armes à sous-munitions en 2022 en Ukraine : le bilan choquant de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Le rapport 2022 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 838 victimes entre janvier 2021 et juillet 2022, dont au moins 689 civils en Ukraine depuis le début de la guerre. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation de ces armes, se tiendra du 30 août au 2 septembre prochain à Genève. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.