Goto main content
 
 

Observatoire des armes à sous-munitions : nombre record de victimes en 2022

Mines et autres armes
International

Rendu public aujourd’hui, le rapport 2023 de l'Observatoire des armes à sous-munitions fait état de 1172 victimes en 2022. Parmi elles, 95 % sont des civils. Il s'agit du bilan de victimes le plus élevé recensé par l'Observatoire depuis sa première publication en 2010. Cette hausse importante s’explique principalement par l'utilisation répétée de ces armes explosives en Ukraine. Nous demandons la condamnation systématique de cette utilisation et que des comptes soient rendus par les responsables de leur utilisation.

Regroupement d'armes à sous-munitions

Regroupement d'armes à sous-munitions | © J. Rodsted/NPA

Télécharger le rapport 2023 de l'Observatoire des armes à sous-munitions (en anglais).

« Les attaques intenses menées par les forces russes avec des armes à sous-munitions, armes interdites, ont tué et blessé des centaines de civils en 2022 en Ukraine. Elles ont endommagé des établissements de santé, des usines et des habitations. Les forces ukrainiennes ont également utilisé ces armes dévastatrices. Dans le monde cela représente 1172 personnes, blessées ou tuées, le bilan le plus élevé enregistré depuis 2010. Nous appelons les États à faire pression sur les pays qui utilisent ces armes pour qu'ils mettent fin à ces pratiques et nous condamnons la décision des Etats-Unis d’avoir décidé de les fournir à l’Ukraine en juillet dernier », commente Daniel Suda-Lang, notre directeur.

Les bombes à sous-munitions sont des armes contenant plusieurs centaines de mini-bombes appelées sous-munitions. Conçues pour être dispersées sur de vastes zones, elles tombent inévitablement sur des maisons. Elles peuvent être déclenchées par le moindre contact, tuant et mutilant des personnes pendant et après les conflits. Comme elles ne font aucune distinction entre les civils, les bâtiments et les cibles militaires, les armes à sous-munitions violent les règles du droit humanitaire international.

Le bilan sans précédent de l’Observatoire des bombes à sous-munitions 2023

  • En 2022, 95 % des victimes d'armes à sous-munitions enregistrées par l'Observatoire étaient des civils.
  • Sur le nombre total de nouvelles victimes enregistrées en 2022, 987 ont été causées par des attaques d'armes à sous-munitions et 185 par des restes d'armes à sous-munitions.
  • Ce constat alarmant est principalement dû à l'utilisation massive d'armes à sous-munitions par la Russie en Ukraine. Les forces ukrainiennes les ont également utilisées. 916 victimes d'armes à sous-munitions ont été enregistrées en Ukraine en 2022. Parmi elles, 890 victimes sont directement liées à des attaques aux armes à sous-munitions. De nombreuses victimes d'autres attaques pourraient ne pas avoir été enregistrées.
  • Ces chiffres élevés s'expliquent également par les attaques aux armes à sous-munitions en Syrie en 2022 (84 victimes), et par l'augmentation considérable du nombre de victimes des restes d'armes à sous-munitions au Yémen (95 victimes).

Le rapport de l’Observatoire des armes à sous-munitions

Publié chaque année, il évalue la mise en œuvre de la Convention d'Oslo entrée en vigueur le 1er août 2010. Cette Convention interdit l'utilisation, la production, le transfert et le stockage des sous-munitions.

Le rapport 2023 de l’Observatoire des armes à sous-munitions (période de janvier à décembre 2022) est élaboré par des experts de la Coalition internationale contre les bombes à sous-munitions (Cluster Munition Coalition) sur la base de faits collectés dans le monde entier. Notre organisation en est membre fondatrice et membre du conseil d'administration et fait partie de l'équipe de rédaction du rapport.

Depuis l'entrée en vigueur de la Convention d’Oslo, 41 pays - 38 États parties, deux signataires et un non-signataire - ont détruit 1,5 million d'armes à sous-munitions, soit un total de 179 millions de sous-munitions. Cela représente 99 % de toutes les armes à sous-munitions déclarées par les États parties. Au total, 26 États et trois régions restent contaminés par des restes de sous-munitions dans le monde.

Pour en savoir plus sur notre combat contre les armes : nos champs d'action : réduction de la violence armée.

Published on: 5 septembre 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : l’utilisation des armes explosives ou les bombardements quotidiens et l’ampleur de la contamination isolent des villages, de nombreuses personnes âgées attendent près du front
© M.Monier / HI
Mines et autres armes Santé Stop Bombing Civilians Urgence

Ukraine : l’utilisation des armes explosives ou les bombardements quotidiens et l’ampleur de la contamination isolent des villages, de nombreuses personnes âgées attendent près du front

L'utilisation massive d'armes explosives en Ukraine a détruit des routes, des hôpitaux, des écoles et isolé des régions entières. Nous attirons l'attention sur les dangers liés aux munitions non explosées ainsi que sur les besoins exacerbés des personnes qui n’ont pas pu fuir les zones de combat. 

Une journée dans la peau de nos démineurs
© A. Stachurski / HI
Mines et autres armes

Une journée dans la peau de nos démineurs

Glissez-vous dans la tenue de protection de nos démineurs et démineuses au Sénégal pour vivre une journée à leurs côtés.

Kira, Storm, Fisti et Tini : rencontrez nos nouveaux collègues démineurs au Sénégal
© A. Stachurski / HI
Mines et autres armes

Kira, Storm, Fisti et Tini : rencontrez nos nouveaux collègues démineurs au Sénégal

La truffe au vent et l’œil pétillant, les quatre chiens s’entraînent dans la végétation luxuriante de Casamance. Bientôt, ils démineront aux côtés de notre équipe.