Goto main content
 
 

Rema, 13 ans, amputée après 30 heures sous les décombres

Réadaptation Santé Urgence
Syrie

Rema, 13 ans, a survécu au tremblement de terre en Syrie. Elle est restée 30 heures sous les décombres. Finalement, sa jambe a été amputée sur place pour la libérer. Elle témoigne depuis la chambre d’un de nos 13 hôpitaux partenaires dans la région de Jenderes, dans le Nord-Ouest de la Syrie.

Rema, 13 ans, habitante de la région de Jenderes dans le nord-ouest de la Syrie a été amputée de la jambe droite lors de l’effondrement de son immeuble suite au violent tremblement de terre. La jeune fille témoigne depuis son lit d'hopital.

Rema, 13 ans, habitante de la région de Jenderes dans le nord-ouest de la Syrie a été amputée de la jambe droite lors de l’effondrement de son immeuble suite au violent tremblement de terre. | © HI

« Alors que nous dormions, nous avons senti un séisme très puissant. C’était vraiment très fort. J’ai ouvert la porte pour mes parents et nous sommes sortis ensemble. Mes parents étaient encore dans l’escalier lorsque j’allais atteindre la porte d’entrée de l’immeuble. C’est alors que quelque chose m’est tombé dessus. J’ai essayé de l’enlever mais je n’ai pas réussi. Puis, il y a eu une réplique et tout le toit s’est écroulé sur moi, du coup je ne pouvais plus me sortir de là. 

J'ai commencé à crier. Ma sœur m’a entendue. Mes proches sont revenus et ont commencé à dégager les décombres autour de moi. Ils ont commencé par me dégager le bras et les cheveux. Juste à côté de moi, il y avait un cadavre d’un enfant. J’avais très mal car j’étais écrasée par des pierres. Ils ont réussi à dégager l’espace autour de moi et cela m’a quelque peu soulagée. Ils m’ont apporté de l’eau et m’ont fait boire un peu de jus. Je suis resté 30 heures sous les décombres. »

Rema a eu la jambe droite littéralement écrasée sous le poids des gravats. Une équipe médicale d’urgence a été dépêchée afin d’amputer la jeune fille sur place avant de la conduire à l’hôpital.

La rééducation pour éviter les complications

Depuis qu’elle est entrée à l’hôpital Rema est suivie par Asma, une physiothérapeute d'un de nos établissement partenaire et d'une psychologue. Une jeune fille qui a perdu sa jambe parle avec une physiothérapisteLes séances de réadaptation ont très rapidement commencé. 

« Il faut commencer le plus tôt possible ces exercices de rééducation pour éviter les complications. Il est trop tôt pour parler de prothèse, pour l’instant notre objectif est que Rema arrive à se déplacer à l’aide de béquilles. C’est un premier pas vers l’autonomie.»

« Je veux continuer à vivre »

La jeune fille force le respect de l’équipe médicale qui l’accompagne par son courage et sa détermination.

« Je veux continuer à vivre. Depuis le début je suis optimiste et le soutien de l’équipe médicale m’a rendue encore plus optimiste. Ils m’ont dit qu’ils allaient me poser une prothèse et que j’allais pouvoir continuer à vivre normalement. Cela m’a beaucoup remonté le moral. Je fais des exercices tous les jours ».  

Published on: 20 février 2023
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

« Ma fille peut enfin aller à l'école »
© Infomercial Media / HI
Insertion Réadaptation

« Ma fille peut enfin aller à l'école »

Gina (nom d’emprunt) a 4 ans et vit en Ouganda. La petite fille a une maladie communément appelée « genoux cagneux », ce qui rend la marche douloureuse. Nous l’avons équipée d'orthèses genou-cheville-pied, imprimées en 3D.