Goto main content
 
 

Séisme Turquie/Syrie : Nous demandons avec 34 ONG un accès sans entrave et une montée en puissance significative de l’aide humanitaire en Syrie

Urgence
Syrie

Au 13 février, seuls 5% des sites signalés dans le Nord-Ouest de la Syrie sont couverts par les opérations de recherche et de sauvetage, selon les autorités de la défense civile. Avec 34 ONG, nous plaidons pour un meilleur accès aux zones les plus touchées et pour une augmentation immédiate de l'aide humanitaire.

Syrie, 8 février 2023

Syrie, 8 février 2023 | © HI partners.

« Avec nos partenaires en Syrie, nous déployons un total de 200 personnes sur le terrain. Parmi eux, 45 spécialistes de la réadaptation et 17 spécialistes des prothèses et orthèses ont déjà commencé à répondre à l'urgence. Plus de 50 spécialistes de la santé mentale et du soutien psychosocial sont prêts à aider les victimes. La mise en place des équipes va s'intensifier dans les prochains jours » explique Myriam Abord-Hugon, directrice de nos programmes en Syrie.

Notre appel avec 34 ONG internationales et syriennes

Une semaine après le tremblement de terre, les équipes de secours locales en Syrie n'ont pu effectuer des recherches que dans 5% des zones touchées du Nord-Ouest de la Syrie à cause du manque d’équipements. Les possibles survivants piégés sous les décombres des 95% des zones restantes ne pourront pas être secourus à temps.

Les ONG travaillant en Syrie, dont notre organisation, appellent à un renforcement de l'aide humanitaire et à des actions immédiates auprès des populations touchées par le tremblement de terre. La réponse humanitaire doit être à la hauteur de l'ampleur de la catastrophe.

Télécharger le communiqué du Syria International NGO Regional Forum (SIRF) co-signé par Handicap International (en anglais).

Notre réponse dans le Nord-Ouest de la Syrie :

  • Avec nos partenaires nous avons déjà aidé 1’300 personnes à bénéficier de services de réhabilitation et 1’000 personnes à bénéficier d'un soutien psychosocial depuis lundi 6 février
  • Notre organisation soutient 13 hôpitaux et a déjà fourni plus de 150 équipements de mobilité tels que des béquilles pour le coude, cannes, cannes tripodes, cadres de marche, etc.
  • Nos équipes et nos partenaires sont déjà en mesure de fournir des services de réadaptation d'urgence à des dizaines de personnes blessées quotidiennement dans les 13 hôpitaux partenaires
  • Nous avons également déployé un soutien psychosocial dans ces hôpitaux
  • De nombreux blessés auront besoin de services de réhabilitation à long terme afin d'éviter des handicaps permanents

Chiffres clés concernant la Syrie

  • L’ONU estime que plus de 6’500 personnes ont été tuées et 10’000 autres blessées dans toutes les régions de Syrie. Le nombre de morts pourrait doubler
  • La Syrie est dévastée par 12 ans de guerre et de bombardements massifs, faisant régulièrement des morts et des blessés parmi les civils dans le Nord-Ouest et le Nord-Est
  • Entre 100’000 et 300’000 restes explosifs de guerre n'ont pas explosé en Syrie, ce qui constitue une menace active pour la population dans les zones contaminées 
  • Focus sur le Nord-Ouest de la Syrie, zone la plus durement touchée :
    • À Alep, Hama, Lattaquié, Homs, Tartous et Idleb, jusqu'à 4,5 millions de personnes touchées
    • Plus de 200 écoles endommagées
    • Selon l’ONU, jusqu'à 5,3 millions de personnes sans abri
    • Les hôpitaux et les centres médicaux sont débordés, en particulier ceux qui disposent d'un nombre limité de lits en médecine, en chirurgie et dans les unités de soins intensifs (USI)
    • D'importantes coupures de courant ont entraîné des pénuries de carburant dans les hôpitaux
    • Nous sommes préoccupés par les dommages subis par les systèmes d'approvisionnement en eau, en particulier dans un contexte d'épidémie de choléra
    • Ce tremblement de terre fragilise encore plus cette région déjà confrontée à une profonde crise humanitaire due à 12 ans de guerre. 4,1 millions de personnes dépendent déjà de l'aide humanitaire et de l'assistance transfrontalière de l'ONU autorisée par le Conseil de sécurité 
Published on: 15 février 2023

SÉISME EN TURQUIE ET EN SYRIE
APPEL À DONS D’URGENCE

Votre don aujourd'hui nous aide à faire une différence immédiate et durable pour les personnes blessées et handicapées touchées par cette nouvelle catastrophe.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »
© HI
Urgence

L’armée israélienne demande aux civils de l'est de Rafah d’évacuer vers une « zone humanitaire »

Les forces de défense israéliennes demandent à des dizaines de milliers de Gazaouis, réfugiés dans l'est de Rafah, d'évacuer temporairement vers une soi-disant « zone humanitaire », en prévision de l’invasion de la ville.

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Il n'y a pas d'endroit sûr à Gaza : Khan Younès est inhabitable

Alors que la guerre à Gaza entre dans son septième mois, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à la sécurité des milliers de familles qui pourraient être forcées de quitter Rafah pour se rendre à Khan Younès et dans d'autres zones de la bande de Gaza.