Goto main content
 
 

Trois mois après l’explosion, nous aidons toujours les victimes des explosions au Liban

Santé Urgence
Liban

200 personnes tuées, 6'500 blessées, 220'000 personnes affectées par les explosions, à Beyrouth la situation est extrêmement tendue.

© Tom Nicholson / HI

La crise économique a renforcé un sentiment général de désespoir au sein de la population. Au moins un quart des Libanais vivent maintenant sous le seuil de pauvreté. Beaucoup de familles n’ont plus accès aux services de base, comme les soins de santé ou la nourriture. Dans ce contexte très instable, l’épidémie de Covid-19 est un facteur de stress additionnel.

Réadaptation et soutien psychologique

  • Notre organisation a été l’une des premières ONG à venir en aide aux victimes des explosions en proposant des soins de réadaptation et en fournissant des aides à la mobilité (béquilles, déambulateurs, etc.) ;
  • Nous apportons aujourd’hui un suivi aux victimes bénéficiant de séances de réadaptation. En effet, les patients qui ont eu une tendinite, une fracture, des lésions cérébrales, nerveuses ou qui ont été opérés, amputés, etc., ont besoin d’un soutien en réadaptation afin de retrouver toute leur autonomie et d’éviter l’apparition d’un handicap sur le long terme ;
  • Nous fournissons également des kits de premiers soins médicaux aux personnes légèrement blessées, afin de soigner elles-mêmes leurs blessures, en dehors des hôpitaux surchargés ;
  • De plus, notre association apporte un soutien psychologique aux personnes traumatisées par l’explosion. En effet, dans ce contexte d’insécurité, où des maisons et bâtiments ont été détruits, où de nombreuses personnes ont été blessées, où la situation économique s’aggrave, un sentiment d’anxiété sévère peut s’installer.

Notre intervention dans les mois à venir

  • Avec notre partenaire local Mousawat, nous apporterons un soutien psychologique et mèneront des séances de réadaptation pour les personnes handicapées ou blessées. Ce soutien psychologique renforce l’autonomie de la personne qui en bénéficie, et permet d’éviter le développement de troubles mentaux, sur le long terme ;
  • Nos équipes identifieront les besoins en santé mentale de chaque personne dans les familles, en même temps que les besoins urgents (médicaux, financiers, liés à l’hygiène, à l’alimentation, réadaptation, etc.). Les équipes orienteront ensuite les patients vers d’autres organisations qui proposent des services adaptés ;  
  • Nous formerons également l’organisation Mousawat, ainsi que d’autres organisations, afin qu’elles proposent un soutien adapté aux personnes âgées, handicapées, à mobilité réduite, et qu’elles puissent offrir des services à domicile grâce aux équipes mobiles. Ces équipes mobiles auront ainsi accès aux populations qui vivent dans des zones moins accessibles, et pourraient être laissées de côté. Les personnes vulnérables seront la priorité ;
  • Nous allons nous assurer que les bâtiments qui vont être reconstruits soient accessibles pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite. Notre association partagera son expertise avec d’autres ONG (NRC Shelter, etc.) ;
  • Notre organisation va aussi apporter un soutien à CAMEALEON (réseau d’ONG cogéré par NRC, Oxfam et Solidarité International) afin que les équipes sachent tenir compte et inclure les personnes handicapées dans les études d’évaluation des projets menés ;
  • Nous allons enfin mener un travail de plaidoyer et de sensibilisation afin que les ONG identifient systématiquement les besoins des personnes vulnérables (handicapées, âgées, etc.).
Published on: 6 novembre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
[email protected]

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L’importance de la réadaptation en temps de guerre
© S. Hejji - HQ / HI
Urgence

L’importance de la réadaptation en temps de guerre

De retour à Genève après une mission à Gaza en mars avec Handicap International, j’ai été ébranlée par ce que j’ai vu : la situation est catastrophique. Sans une aide humanitaire conséquente et inclusive, le nombre de personnes en situation de handicap va augmenter de manière significative. 

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza
© Handicap International
Urgence

Handicap International déplore la mort tragique d'une de ses employées à Gaza

Handicap International/Humanity & Inclusion (HI) est profondément attristée et indignée par la mort de notre collègue, Muna, et de toute sa famille après que les forces israéliennes ont bombardé sans discernement sa maison dans le sud de Deir Al-Balah, à Gaza, le 8 juin. Muna, travailleuse sociale dévouée, aidait des centaines de familles et d'enfants déplacés, y compris des enfants handicapés. Cet incident tragique marque la deuxième perte d'un membre du personnel de HI depuis le 7 octobre, après un autre incident survenu en décembre 2023, lorsqu'une autre collègue et ses quatre enfants ont été tués à Nuseirat, dans la bande de Gaza.

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire
© HI
Urgence

Les leaders mondiaux n'agissent pas alors que l'invasion de Rafah exacerbe la catastrophe humanitaire

STATEMENT : Malgré les appels répétés de chefs d'État, de représentants des Nations unies et des ONG humanitaires à Israël pour qu'il s'abstienne d'étendre son offensive terrestre à Rafah, les troupes israéliennes sont entrées dans le gouvernorat le 7 mai. Plus de 1,5 million de personnes, dont 600'000 enfants, sont gravement menacées ; plus de 450'000 Palestiniens ont fui Rafah depuis qu’Israël a émis des « ordres d’évacuation » illégaux le 6 mai. Alors que l’armée israélienne a déjà pris le contrôle de zones urbaines à l’intérieur de Rafah, l’émission de nouveaux « ordres d’évacuation » le 11 mai prépare le terrain pour une nouvelle avancée de l’invasion militaire, qui conduira à l’effondrement total des services vitaux. L’offensive militaire israélienne a interrompu l’accès de l’aide à Gaza par les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom/Karm Abu Salem.